TEST: 3548

Confinement en Inde : le point après l’extension au 3 mai

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 21/04/2020 à 01:07 | Mis à jour le 21/04/2020 à 01:07
Photo : @TheHindu
coronavirus confinement inde covid-19

Le 14 avril, Narendra Modi a prolongé le confinement strict dans tout le pays jusqu’au 3 mai tout en indiquant qu'à partir du 20 avril un allègement des mesures pourrait être instauré sous certaines conditions, en fonction des directives du gouvernement. En revanche, les frontières inter-états et extérieures du pays seront maintenues fermées jusqu'à la fin du confinement. Ce 21 avril, où en est-on ?

 

Assouplir le confinement pour redémarrer l'économie

Le 15 avril, le ministère de l'Intérieur a publié les lignes directrices pour l’assouplissement du confinement à partir du 20 avril, sous conditions, dans les zones identifiées comme étant non contaminées, ainsi que les pénalités à appliquer en cas de non respect des règles. L’objectif est de permettre un redémarrage de l'activité économique et, plus particulièrement, la fin des récoltes et la vente de produits agricoles fortement ralenties par le confinement, et qui ne peuvent pas être retardées. La mise en application est de la responsabilité des gouvernements des Etats. 

Les lignes directrices du ministère de l'Intérieur stipulent que les déplacements de personnes entre les Etats et en provenance de l'étranger restent interdits. Les moyens de transport public de personnes sont à l'arrêt dans tout le pays. En revanche, le transport de toutes les marchandises (essentielles ou non) est permis à partir du 20 avril et ce dans tout le pays. De plus, les sites religieux restent fermés. 

Dans les zones vertes (c’est à dire ne comportant aucun nouveau cas de COVID-19 depuis 14 jours), les activités industrielles et agricoles sont autorisées et les personnes exerçant des métiers de maintenance (plombiers, électriciens, …) peuvent reprendre le travail. A noter, les plateformes de commerce en ligne telles qu’Amazon ou Flipkart, ne peuvent toujours pas vendre d’autres produits que les produits essentiels. L'élargissement de l’autorisation de vendre tous types de produits initialement mentionné dans la version du 15 avril a été annulé, le gouvernement a fait marche arrière le dimanche 19 avril sous la pression de l’association des commerçants de détail.

Les directives complètes ici

 

coronavirus confinement inde regles
La nouvelle règle concernant le déplacement des personnes

 

 

Comment cet allègement est appliqué dans les états de l'Inde ?

La propagation de l'épidémie de COVID-19 est loin d'être homogène et diffère beaucoup entre les mégalopoles et les zones rurales, fort heureusement d’ailleurs. On observe aussi une grande disparité dans le nombre de cas officiellement recensés dans les différents Etats et leur évolution. Le ministère de l'Intérieur a déclaré le lundi 20 avril être très inquiet de la situation qu’il considère comme “particulièrement sérieuse” à Mumbai, Pune, Indore, Jaipur, Calcutta et dans quelques autres districts du Bengale Occidental. Les restrictions strictes continuent d'être appliquées dans ces zones considérées comme des foyers de contamination (“COVID-19 hotspots”). Il a constitué six comités qui iront inspecter les quatre Etats qui ont enregistré un grand nombre de violations du confinement : Madhya Pradesh, Maharashtra, Rajasthan et Bengale Occidental pour s’assurer de la mise en place de mesures strictes.

 

 

coronavirus covid-19 Inde statistique
La répartition des personnes contaminées au 20 avril 2020 - source covid19india.org
 

Alors que le Kerala fut le premier touché par le coronavirus lorsque trois étudiants indiens de retour de Wuhan début février ont été testés positifs, il est aujourd’hui le premier à réduire les restrictions de déplacement des personnes. En effet, après une progression rapide pendant quelques jours au début mars, aujourd’hui l'État ne compte qu’un peu plus de 400 personnes contaminées et n’enregistre que quelques nouveaux cas par jour. Fort de cette maîtrise de la propagation du virus, le gouvernement du Kerala a décidé de relâcher les mesures de confinement strict dans les zones vertes (ne comptant aucun cas nouveau depuis 2 semaines) à compter du 20 avril et même d’y ouvrir les restaurants. 

 

L’état de Goa s’est déclaré le 20 avril zone verte puisqu’il ne compte aucun nouveau cas depuis 14 jours. Le Chief Minister a donc annoncé une mise en place des directives du gouvernement de l’Union indienne dans tout l’Etat. Cependant, une certaine inquiétude règne quant à l’approvisionnement en fruits et légumes pour Goa. Ceux-ci proviennent en grande partie de l'état voisin, le Maharashtra, qui lui n’a pas encore contenu l'épidémie.

 

Dans le Gujarat, où les villes d’Ahmedabad et Surat enregistrent la majorité des cas, environ 4 000 unités de production ont redémarré ce lundi 20 avril, dont la fabrication de céramiques, des usines d'ingénierie, des usines chimiques et des unités de production automobiles.

 

Par contre, le Maharashtra, fortement touché par le virus, surtout dans les deux villes principales : Mumbai et Pune, toutes deux répertoriées comme zones rouges, est beaucoup plus prudent dans la mise en place des assouplissements. Heureusement, plusieurs districts de l’Etat n’ont recensé aucun cas de COVID-19 et sont donc “zones vertes”. Le Chief Minister, Uddhav Thackeray, a annoncé que les industries situées dans les zones rurales considérées comme des “zones vertes” sont autorisées à reprendre la production en respectant les consignes sanitaires et de distanciation sociale. De plus, les travailleurs journaliers aujourd’hui bloqués dans des centres d'hébergement peuvent se déplacer pour rejoindre leur lieu de travail s’ils ne présentent pas de symptômes. Ils seront ensuite hébergés sur place par leur employeur. Le principal souci du gouvernement de l’Etat est la récolte d'été qui n’est pas terminée et les semis qui doivent avoir lieu actuellement pour pouvoir effectuer la deuxième récolte après la mousson. 

Le Chief Minister a rappelé que les frontières de l’Etat restaient fermées jusqu’au 3 mai. Dans les “zones rouges”, les mesures strictes restent en application et la livraison des journaux à domicile (un service très attendu par les familles indiennes des classes moyennes et aisées) n’est pas autorisée à Mumbai et Pune a annoncé Uddhav Thackeray. A Mumbai et dans tous les districts de l’Etat, les immeubles ou ruelles dans lesquels des cas de coronavirus ont été détectés sont complètement scellés et leurs habitants ne sont pas autorisés à sortir. L’approvisionnement en produits essentiels est organisé par la mairie et la police.

 

Le Karnataka, le Penjab, le Tamil Nadu et Delhi ont annoncé que les mesures strictes restaient en place jusqu’au 3 mai et qu’il n’y aurait pas d’assouplissement avant cette date.




 


Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi) (attention Bombay est tout en bas de la liste), Ou nous suivre sur Facebook.


 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale