Samedi 4 juillet 2020

Pénurie d’eau potable à Dala

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 19/05/2020 à 23:00 | Mis à jour le 19/05/2020 à 23:00
Photo : L'eau marchante remplace l'eau courante à Dala à cause de la pénurie due à la chaleur récente
L'eau marchante remplace l'eau courante à Dala à cause de la pénurie due à la chaleur récente

Alors que les premières pluies arrivent sur Yangon, les effets des deux semaines de vague de chaleur – avec souvent sur la ville des températures 6 voire 7 degrés Celsius au-dessus des moyennes saisonnières – ajouté à l’absence de gestion rationnelle de l’eau et des déchets ménagers ont eu un effet dévastateur sur le bidonville de Dala, où la population est désormais privée d’accès à l’eau potable et compte uniquement sur des distributions rationnées pour cette denrée vitale.

Depuis déjà plusieurs années, les réservoirs ne se remplissaient plus que lentement et sans jamais atteindre leur plein niveau. En trois ans, les deux tiers des réservoirs de la circonscription se sont retrouvés à sec. Et faute d’investissements suffisants et durables de la part de l’état ou de la région, les élus de Dala ont dû avoir recours à l’appel aux dons et au mécénat pour cette circonscription de près de 180 000 habitants, ou des habitats extrêmement denses, proches de la rivière, partagent l’espace avec des zones agricoles, le tout dans une grande pauvreté, cette partie de Yangon étant pour l’instant totalement sous-développée faute notamment d’un pont, qui est actuellement en construction. En janvier dernier, des mesures pour anticiper la pénurie à venir durant la saison sèche avaient été décidées… mais manifestement elles n’ont soit pas été mises en place, soit été mal mises en place…

Pour l’instant, les habitants doivent donc faire longuement la queue pour se procurer quelques litres par jour, assez pour boire et cuisiner mais pour se laver. Un élu local explique que « de 190 000 à 380 000 litres d’eau potable sont actuellement fournis quotidiennement par la municipalité, et tout le monde attend la pluie pour remplir un peu les réservoirs ». Depuis hier, ce responsable est donc un peu soulagé. Tout en gardant à l’esprit un nouveau problème qui pourrait rapidement apparaître : « Nous avons besoin de la pluie mais nous craignons trop de pluie trop vite, ce qui rendrait les rues et les chemins boueux et empêcherait les camions-citernes de parvenir jusqu’aux villages pour donner l’eau aux habitants ». Depuis quelque mois, un projet d’alimentation en eau potable est en cours d’élaboration avec le soutien de l’agence de coopération internationale japonaise (Jica) mais il faudra encore du temps avant que le système ne soit pleinement opérationnel.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

IDÉE SORTIE

Le restaurant Babett et l’Hôtel G ont rouvert

Depuis hier, le restaurant Babett et l’Hôtel G attenant ont rouvert au public, dans le respect des règles de sécurité imposées par les autorités mais avec toujours la même chaleur et convivialité.