Les toits et plafonds d’une école et d’un hôpital s’écroulent

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 20/05/2020 à 23:00 | Mis à jour le 20/05/2020 à 23:00
Photo : La salle d'hôpital après l'écroulement du plafond à Gangaw
La salle d'hôpital après l'écroulement du plafond à Gangaw en BIrmanie

Il n’existe pas d’équivalent birman du conte des trois petits cochons, et pourtant cela serait fort utile à certaines entreprises de construction qui apprendraient ainsi à construire autrement qu’en paille ou en bois, et à éviter par là même qu’un coup de vent n’abîme des bâtiments.

Dimanche 17 mai, le toit et le plafond du pignon gauche de l’école d’infirmières de Yangon s’est écroulé vers midi, les débris de ce bâtiment de quatre étages endommageant aussi le portique de l’établissement dans leurs chutes. Un accident qui suscite beaucoup de colère et de rumeurs parmi les élèves et les résidents locaux car l’édifice était relativement récent, inauguré en 2013, et si la météorologie a été particulièrement chaude ces derniers jours, les fortes pluies n’avaient pas encore commencé à ce moment-là, les intempéries débutant à peine.

Soucieux de ne pas être associé à cette catastrophe, le gouvernement régional a nommé une commission de cinq personnes choisies au sein de la Société birmane d’ingénierie pour tirer au clair ce qui s’est passé et il a aussi bien insisté sur le fait que l’immeuble avait été construit à l’époque de l’ancien gouvernement, plusieurs dirigeants actuels laissant entendre que peut-être tout n’avait pas été fait dans les normes… Alors que se profilent des élections générales en novembre prochain, on n’est jamais trop prudent…

A priori pas de commission d’enquête à l’hôpital de Gangaw, dans la région de Sagaing, mais là encore il s’agit d’un plafond qui s’écroule, et plus embêtant… dans une salle qui contenait des malades ! « Lundi soir, le plafond de la salle de 16 lits réservée aux femmes est tombé. La bâtisse date de 2015 et a été construite par l’ancien gouvernement », s’est là encore empressé de communiquer un député local. « Heureusement, le matériel de construction était du contreplaqué et il n’y a eu aucune victimes graves, juste un enfant légèrement touché ».

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale