Samedi 4 juillet 2020

La crise des prix de la mangue frappe les agriculteurs

Par Julia Guinamard | Publié le 17/05/2020 à 23:00 | Mis à jour le 17/05/2020 à 23:00
Photo : Des mangues de la variété Seintalone
Des mangues de la variété Seintalone en Birmanie

La fermeture des frontières liée au Sars-Cov-2 a bouleversé les chaînes logistiques et commerciales d’approvisionnement au niveau planétaire, et frappe notamment durement les agriculteurs birmans habitués à vendre leurs produits à la Chine et qui ne trouve plus de débouchés à leurs produits. C’était le cas des producteurs de melons et de pastèques récemment et encore actuellement. C’est maintenant le cas des producteurs de mangues.

Les exportations vers la Chine ont certes repris via un canal vert – un couloir de dédouanement rapide – et la reprise des échanges avec Singapour est attendue. Mais avec une offre importante, les prix restent bas. Et l’offre est importante parce que depuis 2018 le gouvernement pousse pour produire toujours plus de ce fruit emblématique et jusque-là facile à écouler. Mais qui ne trouvent donc plus preneur dans la situation perturbée actuelle. Dans la région de Mandalay par exemple, à Kyaukpadaung, les producteurs de la variété Seintalone, la plus commune, peinent à assurer leurs revenus. L’année dernière, plusieurs fermes ont été achetées par des entreprises dans le cadre de cette consolidation a priori du secteur. Leurs récoltes sont maintenant vendues à des centrales d’achats qui fixent les prix. Et ceux-ci sont désormais très bas alors que commence à peine la saison.

De plus, les temps de transports allongés nuisent à leur qualité et poussent les producteurs à commercialiser des fruits encore verts. Le 23 avril dernier, le secrétaire général de l'Association birmane pour le développement des techniques et du marché de la mangue mettait donc en garde sur les conséquences de ces ventes prématurées : « Pour maintenir la qualité et le commerce sur le long terme, nous ne voulons pas que les mangues soient placées sur le marché avant maturité ».

Pour obtenir de meilleurs prix, l’association recommande de miser sur la qualité et encourage les producteurs à suivre les bonnes pratiques agricoles (BPA) de la FAO - instance des Nations unies pour l’agriculture - établies dans le cadre de l’agenda 21 pour atteindre l’agriculture et le développement rural durables et à obtenir la certification BPA, qui comprend entre autres des cours sur l’utilisation raisonnée des pesticides. En outre, une diversification des variétés cultivées étalerait les périodes de maturités et apporterait une solution à la vente de fruits pas encore mûrs.

Il existe près de 200 variétés de mangues, mais la Seintalone concentre la majorité de la demande. Son prix oscille actuellement en Birmanie entre 0,60 € et 1€ le kilo. En 2017 – 2018, la Birmanie a exporté 50 000 tonnes de mangue et estime les exportations de 2020 à 100 000 tonnes. Les plantations birmanes couvrent 182 400 hectares, les régions d’Ayeyarwady et de Bago sont les plus productrices.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

IDÉE SORTIE

Le restaurant Babett et l’Hôtel G ont rouvert

Depuis hier, le restaurant Babett et l’Hôtel G attenant ont rouvert au public, dans le respect des règles de sécurité imposées par les autorités mais avec toujours la même chaleur et convivialité.