TEST: 2242

L’inflation, plus efficace que la censure ?

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 07/10/2021 à 22:00 | Mis à jour le 07/10/2021 à 22:00
Photo : La couverture d'un almanach Rakhita
La couverture d'un almanach-calendrier Rakhita

L’inflation va-t-elle réussir ce que l’ancien gouvernement birman n’est pas parvenu à faire : faire disparaître le célèbre almanach Rakhita, emblème de la culture arakanaise ? Pour le principal dirigeant de la publication, Ko Thein Aung Mrat. La question se pose sérieusement. « La flambée des prix des matières premières met en grave péril notre équilibre financier. Nous vendons l’almanach à 2 000 kyats (moins d’un euro) mais ce prix est désormais très difficilement soutenable. Et nous ne voulons pas augmenter le tarif car nous savons que les gens ont peu d’argent, même pour une bonne cause comme la nôtre. Si le dollar continue de grimper, nous devrons arrêter notre publication ». Le dernier en date des almanachs Rakhita a été imprimé en juillet dernier, avec un objectif de vente de 60 000 exemplaires. Seulement 15 000 exemplaires ont été vendus à ce jour, notamment pour des raisons de coûts de distribution.

L’almanach vise à défendre et propager la culture du peuple arakanais. Il présente un calendrier illustré par des personnages en tenues traditionnelles arakanaises avec aussi des pages racontant l’histoire et le folklore local. Assez pour déranger l’ancien pouvoir qui avait poursuivi Ko Thein Aung Mrat et trois autres personnes en vertu de la section 17(1) de la loi sur les associations illégales : il leur était reproché d’avoir vendu des exemplaires de l’almanach comportant des « fêtes subversives », des dates relatives à l’époque de l’indépendance du royaume arakanais ou à sa lutte contre l’envahisseur birman (historiquement, l’Arakan n’a été sous contrôle effectif du pouvoir central birman que quelques décennies). La « Journée de l'Armée de l'Arakan », le principal mouvement combattant armé local, était particulièrement mal passée…

Les quatre hommes ont donc été condamnés à deux ans fermes d'emprisonnement par un tribunal de la région de l'Ayeyarwady le 18 novembre 2019, qu’ils ont purgé intégralement – ils étaient déjà incarcérés de manière préventive depuis des mois - malgré des demandes de remises de peine au président Win Myint. Ils n’étaient pas inclus dans la grâce présidentielle de Thingyan 2020, au contraire de plusieurs trafiquants de drogue ou d’êtres humains. Ko Thein Aung Mrat a été libéré le 23 novembre 2020.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Birmanie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com