Mercredi 17 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Badaro a aussi son petit marché de quartier

Par Léa Balézeau | Publié le 12/10/2018 à 19:30 | Mis à jour le 14/10/2018 à 12:04
Photo : prise de la page Facebook Badaro Urban Farmers
Badaro market 10

Tous les dimanches de 9h à 14h, le quartier résidentiel de Beyrouth accueille à l’école Saint Sauveur des petits producteurs locaux dans une ambiance conviviale.

Créé à l’initiative de plusieurs résidents de Badaro il y a moins d’un an, ce marché a pour vocation de rassembler les habitants du quartier et leur apporter au plus près des produits locaux et sains. Organisé par des bénévoles dans la cour de l’école Saint Sauveur, cet éphémère concentré de convivialité étonne autant qu’il ravit.

Au milieu de ces étales hétéroclites, « The farm », une coopérative de producteurs biologiques de la région de Jbeil, vend ses fruits et légumes directement sortis de terre. « Manger sain ne doit pas être un luxe », insiste l’un d’eux. Cette éthique communément partagée est aujourd’hui inscrite dans une charte qui rassemble les vendeurs. Zihad, l’un des bénévoles, explique qu’il effectue des contrôles et des vérifications lors des visites aux producteurs avant de les accepter sur le marché.

Outre les stands de savon, d’huile d’olive ou de chocolat, des tables dressées au milieu des étales permettent de se rencontrer autour de pâtisseries achetées sur le stand de « Tusk », ou bien autour de Kafir produit par Guillaume, un sympathique franco-libanais, intarissable sur la passion qui rassemble producteurs. Il insiste sur le côté inédit de cette initiative écologique et sociale.

Invités eux aussi à participer à cette initiative, les riverains passent déposer leurs déchets recyclables et composts dans des bacs mis à disposition. Pendant que les parents déambulent entre les étales de légumes bio, de miel et de nappes cousues main, les enfants, eux, s’amusent plus loin dans la cour de l’école.

Loin du rythme pressé de la ville, le Badaro farmers market est comme une parenthèse accordée au temps, un lieu alternatif ou l’on se prend à flâner dans un esprit familial et convivial.

 

3000

 

Nous vous recommandons

Léa Balézeau

Léa Balézeau

"J'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l'indifférence". Au liban, terre de passion, j'ai choisi d'y étudier 1 an et de partager mon expérience.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Benoit sam 13/10/2018 - 15:05

Le marché a repris depuis la mi-septembre !

Répondre

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire

Actualités

RÉTROSPECTIVE

Gouvernement, Francophonie, An-Nahar… l’actu de la semaine au Liban

L’actualité de ces sept derniers jours a été marquée par le déplacement de Aoun, en Arménie, pour le sommet de la francophonie, l'édition vierge du quotidien An-Nahar, le passage d’IAM à Beyrouth et

Communauté

DISPARITION

Aznavour, au Liban comme chez lui…

L’un des derniers géants de la chanson française, qui s’est éteint dans la nuit de dimanche à lundi, à l'âge de 94 ans, s’est produit une vingtaine de fois au pays du Cèdre.

Que faire à Beyrouth ?

ENVIRONNEMENT

Badaro a aussi son petit marché de quartier

Tous les dimanches de 9h à 14h jusqu'à fin juin, le quartier résidentiel de Beyrouth accueille à l’école Saint Sauveur des petits producteurs locaux dans une ambiance conviviale.