"Dépoussiérer le monde du vin": Le Petit Ballon français rachète le Catalan Decantalo premium

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 15/03/2022 à 14:33 | Mis à jour le 15/03/2022 à 17:13
Photo : DR
les fondateurs de la marque Le petit ballon

Le Petit Ballon, société française leader en abonnement de vin, vient d’annoncer l’acquisition de l’entreprise catalane Decantalo, nº2 du e-commerce du vin en Espagne. Objectif : devenir les leaders de la vente de vin en ligne en Europe. Martin Ohannessian, le fondateur de Le Petit Ballon nous raconte son aventure.


Depuis sa création en 2011, Le Petit Ballon a su s’imposer et séduire 150.000 abonnés pour un chiffre d’affaires de 23 millions d’euros en 2021 et plus d’1,5 million de bouteilles expédiées. Mais avant d’en arriver là, le chemin a été long. "Tout a commencé il y a 10 ans –raconte Martin Ohannessian, président et fondateur de Le Petit Ballon. Je n’y connaissais absolument rien en vin. Et justement c’était toujours compliqué de choisir une bouteille de vin, que ce soit dans un supermarché, chez un caviste ou au restaurant. On avait toujours peur de se faire avoir ou de passer pour un idiot".

Le Petit Ballon : une idée alambiquée ?

Or, à cette époque aux États-Unis, le phénomène des box émergeait, comme Foodzie, avec l’objectif de faire découvrir chaque mois un produit, et mettre en avant des producteurs. Le futur chef d’entreprise décide alors de faire pareil avec le vin. "L’idée était de recevoir différentes bouteilles de vin –se souvient Martin Ohannessian- et de faire connaître l’histoire des vignerons, du vignoble. Mais pour cela, il me fallait un sommelier hors-pair, à la fois excellent dans son domaine, capable de sélectionner des vins d’une qualité rare, et humain, passionné et attentif envers le consommateur". Bref, la perle rare. 

 

le petit ballon decantalo

 

Après moult rencontres non concluantes, Martin trouve son oiseau rare, Jean-Michel Deluc, grand sommelier reconnu dans le monde, ancien Chef Sommelier du Ritz et premier sommelier sur Internet. "J’étais sur le point de jeter l’éponge –explique Martin– et c’est alors que j’en ai enfin trouvé un formidable, passionné du vin et passionnant. Nous avons donc créé cette entreprise tous les deux, lui apportait son expertise dans les vins et moi ma connaissance des entreprises et d’Internet".

C’est ainsi que l’aventure débute il y a dix ans à Paris. Et comme l’ADN de l’entreprise était dès le départ d’être proches de ses clients, les deux fondateurs ont tout de suite décidé de rencontrer leurs abonnés quand ils venaient chercher leurs colis, histoire de mieux connaître leurs attentes, ce qui leur avait plu ou non, ce qui les intéressait, etc. 

Et comme souvent dans les débuts d’une boîte, les premières semaines, les abonnés étaient les amis, la famille, les voisins, mais au fil des mois, les dizaines d’abonnés se sont transformés en centaines puis en milliers. Le Petit Ballon en compte aujourd’hui 150.000. L’incontrôlable bouche-à-oreille s’était mis en marche ! 

"Le problème, c’est que l’appartement devenait trop petit ! –raconte Martin- et on a donc loué une première boutique en 2013. Ensuite on a décidé de faire de l’e-commerce, et plus seulement des abonnements, pour que nos clients puissent aussi acheter leur vin. On adore ce qu’on fait et maintenant il y a plusieurs formules, avec comme mission numéro un d’envoyer des doses de bonheur à nos clients et vignerons".

 

boutique le petit ballon


Barcelone, ou les vertus associées de l'entrepreneuriat et de l'expatriation

Entre temps, Martin Ohannessian décide de partir vivre à Barcelone, ville qu’il adore, où il fait bon vivre et avec la mer en plus ! "Ça fait six ans que je vis en Espagne et l’un de mes amis m’a présenté Oriol, l’un des fondateurs de Decantalo. Quand j’ai commencé à lui parler, pour moi c’était une évidence absolue qu’on travaille ensemble parce qu’on avait les mêmes valeurs que Le Petit Ballon et tout s’est fait hyper simplement et très vite".

Ouverture à l’international

Decantalo est une entreprise catalane fondée en 2009 à Barcelone par Oriol Ripoll et Hector Pla. Expert de la vente de vin en ligne et de la logistique, le nº 2 du e-commerce du vin en Espagne amènera son savoir-faire pour démultiplier la portée du Petit Ballon en Europe, en lui ouvrant une porte vers l’international. En effet, Decantalo, qui accorde une attention particulière aux produits espagnols, est déjà présent dans une trentaine de pays, principalement en France, en Espagne, au Royaume-Uni, en Suisse, en Pologne et en Allemagne.

Le Petit Ballon et Decantalo, une parfaite complémentarité

"On est hyper complémentaires –souligne Martin. Decantalo ajoute à Le Petit Ballon son expérience internationale dans la vente de vin en ligne et Le Petit Ballon, sa vision innovante et consolidée dans la vente de vin par abonnement. En unissant nos forces, nous créons des synergies qui nous permettront d'accélérer la croissance, en consolidant nos positions sur le marché européen du vin".

En outre, les deux entreprises ont un public cible différent : plus jeune et néophyte dans le cas du Petit Ballon, puisqu'il fonctionne avec des modèles d'abonnement, et un peu plus âgé, la quarantaine, dans le cas de Decantalo. Les deux entreprises continueront à fonctionner sous leurs propres marques et prévoient d'atteindre un chiffre d'affaires combiné de 40 millions d'euros cette année.

Révolutionner le monde du vin

Mais au-delà̀ des synergies économiques évidentes, ce rapprochement est avant tout un véritable coup de cœur entre les fondateurs qui partagent une passion commune pour le vin, ceux qui le produisent et le consomment. Comme l’affirme Martin Ohannessian, "Decantalo et le Petit Ballon ont deux façons de faire différentes, mais un même ADN de partage, de convivialité́ et cette folle envie de dépoussiérer le monde du vin !"

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale