David Cabero : "Favoriser les échanges entre la France et l'Espagne" premium

Par Francis Mateo | Publié le 13/07/2022 à 15:10 | Mis à jour le 17/07/2022 à 12:10
Photo : David Cabero, nouveau president de la CCI française à Barcelone
portrait de David Cabero

Le Catalan David Cabero, nouveau président de la CCI française de Barcelone, entame son mandat avec la volonté de stimuler encore davantage les investissements français en Espagne, et en Catalogne en particulier. Plus que jamais, la plus ancienne des chambres de commerce françaises à l'étranger se définit comme un "club" pour accompagner ses membres dans leur développement de part et d'autre des Pyrénées.

 

Qu'est ce qui vous a incité à devenir président de la CCI française de Barcelone ?

David Cabero: C'est presque une suite logique dans mon parcours professionnel et personnel. Il y a quelques années, j'avais réfléchi aux 17 objectifs de développement durable des Nations Unies, pour comprendre ce qui me motivait le plus parmi toutes ces propositions fondamentales. Et ce sont les bonnes conditions de travail, l'emploi et la création de croissance économique qui me sont apparues les plus essentielles, d'un point de vue personnel. Cela correspond évidemment avec ma fonction de directeur général Europe au sein du groupe BIC, et c'est aussi ce qui m'incite à m'impliquer dans cette nouvelle fonction à la présidence de la chambre de commerce française de Barcelone. Je suis également très attaché à l'éducation, et je participe régulièrement à des sessions de formation dans des grandes écoles, pour guider les futures générations de dirigeants.

J'étais le gardien de but et capitaine de l'équipe de handball du Barça jusqu'à 18 ans

En remontant un peu dans le temps, on pourrait faire un lien avec ma vie de jeune sportif, puisque j'étais le gardien de but et capitaine de l'équipe de handball du Barça jusqu'à 18 ans... En fait, mon engagement aujourd'hui est le prolongement, d'une certaine manière, de cette grande expérience sportive, avec toutes ses valeurs positives : travail en équipe, discipline, solidarité, respect des adversaires et de ses coéquipiers. Des valeurs que je veux incarner aujourd'hui aussi comme président de la chambre de commerce française de Barcelone.

Je suis engagé dans le rapprochement avec la chambre de commerce de Madrid, pour permettre aux membres des deux chambres de mieux se connaître et mener des activités en commun

Mais comment considérez vous la fonction du président ?

C'est à la fois un rôle de représentation et un rôle opérationnel aux côtés du directeur général, Christian Marion. Je représente évidemment la Chambre auprès des institutions publiques au plan local et global, comme ce fut le cas récemment à Paris dans le cadre d'une rencontre internationale des chambres de commerce françaises. D'un point de vue opérationnel, je suis par exemple engagé dans le rapprochement que nous avons initié avec la chambre de commerce de Madrid, pour permettre aux membres des deux chambres de mieux se connaître et mener des activités en commun. Dans ce cadre, nous allons aussi mettre en place un baromètre des activités et entreprises françaises en Espagne, mais également organiser des événements en commun. Et puis, bien sûr, la CCI Française de Barcelone continue à tisser des liens entre la France et la Catalogne, à travers notamment le Prix Pyrénées.

En somme, la chambre de commerce française de Barcelone est un club ; ce sont les relations entre les membres de ce club qui en font toute la richesse

Comment se caractérise cette relation d'échanges franco-espagnols ?

Il est d'abord toujours bon de rappeler que nous sommes la plus ancienne des chambres de commerce françaises en Europe, avec 138 ans d'histoire. Il y a donc une vocation historique dans cette proximité économique entre la France et la Catalogne, et Barcelone en particulier. Mais il y a, au-delà, des liens culturels qui nous rattachent, de part et d'autre des Pyrénées, et qui favorisent les échanges, qu'il s'agisse de populations, culture, investissements ou énergies, comme l'électricité aujourd'hui et peut-être le gaz demain. La géographie explique finalement par elle-même l'histoire des relations économiques entre la France et la Catalogne. Ce qui se justifie, au sein de notre chambre, par un nombre d'adhérents à peu près équilibré entre Français et Espagnols. Et cela participe à notre mission d'accompagner les entreprises françaises à s'installer à Barcelone, en Catalogne et en Espagne... Mais aussi d'aider les entreprises espagnoles, et catalanes en particulier, à s'enraciner en France. En somme, la chambre de commerce française de Barcelone est un club ; ce sont les relations entre les membres de ce club qui en font toute la richesse, et qui nous permettent de favoriser les échanges d'investissements entre la France et l'Espagne.

BIC est un groupe qui incarne aussi les valeurs de transmission familiale depuis la création par Marcel Bich, le fameux baron Bich

Le groupe BIC est-il représentatif de cette volonté ?

Absolument, puisque nous avons aujourd'hui deux unités de production en Espagne avec 400 personnes. En Catalogne, nous sommes présents à Barcelone et Tarragone. C'est un groupe qui incarne aussi les valeurs de transmission familiale depuis la création par Marcel Bich, le fameux baron Bich. Nous en sommes maintenant à la troisième génération avec Gonzalve Bich. C'est à la fois la marque d'une tradition et d'une capacité d'adaptation, puisque nous effectuons actuellement une transformation globale sur deux axes: le développement durable et l'ouverture à de nouveaux segments de l'expression humaine, au-delà de l'écriture. C'est ainsi que nous venons d'intégrer une société de tatouage basée à Toronto pour développer cette activité. BIC a également acquis une entreprise de production de cahiers effaçables et réutilisables. Autre exemple de notre engagement dans le développement durable : l'utilisation de la première machine au monde de démontage et recyclage des briquets usagés. Au niveau international, nous représentons un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros et nous sommes présents dans 160 pays, avec près de 15.000 collaborateurs. BIC est donc un groupe en prise avec les réalités de notre monde, comme c'est aussi la vocation de la chambre de commerce française de Barcelone

 

francis mateo

Francis Mateo

Journaliste spécialisé en économie et tourisme, correspondant pour lepetitjournal.com en Catalogne, Francis Mateo est également directeur des éditions Barnanews.com (Barcelone).
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale