Mardi 19 novembre 2019
Barcelone
Barcelone
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

De protestations en émeutes, la Catalogne s'embrase

Par Francis Mateo | Publié le 16/10/2019 à 16:02 | Mis à jour le 17/10/2019 à 09:58
Photo : Francis Mateo
manifestation barcelone

La violence surgit dans le mouvement de protestation contre la sentence du Tribunal Suprême espagnol, et transforme les manifestations en batailles de rues, alors que les rassemblements se multiplient.


Les scènes de batailles urbaines dans les rues des principales villes de Catalogne ces dernières heures marquent un basculement dans la vague de protestation initiée depuis le verdict du Tribunal Suprême à l'encontre des indépendantistes mis en cause dans l'organisation du référendum d’autodétermination. D'abord parce que ces émeutes prouvent que les organisations indépendantistes regroupées au sein du collectif "Tsunami Démocratique" ont été débordées par des manifestants qui n'ont visiblement d'autre intention que la violence ; et ensuite parce que le président de la Generalitat, Quim Torra, se retrouve désormais face à un dilemme, presque une contradiction : appeler ses partisans à manifester tout en assumant le contrôle de l'ordre public à coups de matraques et de tirs de balles en caoutchouc (qui ont déjà causé deux blessés graves). 

 

 

Avec évidement le risque de perdre tout contrôle de la situation dans la rue, comme ce fut le cas ce 15 octobre. Les affrontements avaient de faux airs de guérilla urbaine à Barcelone, particulièrement dans l'Eixample et sur le Passeig de Gracia, où des poignées de manifestants encapuchonnés ont formé des barricades : poubelles incendiées, vitrines saccagées, jets de bouteilles et de pots de peinture sur les camions de police... C'est dans ce chaos que s'est achevée la manifestation qui avait été convoquée devant le bâtiment de la Délégation du gouvernement national, et où s’étaient retrouvées jusqu'à 40.000 personnes dans le courant de l'après-midi. Tarragonne, Lleida, Gérone et Sabadell ont connu les même scènes de violence jusque tard dans la nuit. Le bilan en dit long : 125 blessés et une trentaine d'arrestations.


Routes coupées et sabotages

Quelques heures après, alors que les pompiers s'activaient encore pour nettoyer les débris de cette nuit d'émeutes, les premiers cortèges de marcheurs convoqués par l'ANC (Assemblée Nationale Catalane) sortaient de Tarragonne, Gérone, Tarrega, Berga et Vic. Ces rassemblements baptisées "Marches pour la liberté" convergent vers Barcelone, où tous les manifestants doivent rejoindre ce vendredi 18 octobre, jour de grève générale. Trois jours de manifestations itinérantes et de perturbations sur des routes coupées, comme c’était déjà de cas au tout début de ces "marches", notamment aux alentours de Tarragonne, où 2.000 personnes s'étaient réunies dès 7 heures du matin, et surtout sur l'autoroute A7 qui relie la France à l'Espagne, à hauteur de Gérone, où la foule a envahi le bitume et paralysé le trafic.

 

 

Des manifestations qui se multiplient également au cœur de la capitale catalane, et auxquelles s'ajoutent des actes de sabotage qui ont obligé à interrompre l'AVE entre Figueras et Barcelone, où les trains de banlieue ont également été immobilisés plusieurs heures. Reste à savoir si les organisateurs de ces protestations parviendront à maintenir l'esprit "pacifique" qu'ils revendiquent. L'inquiétude est en tout cas désormais légitime, en vue du rassemblement de ce vendredi 18 octobre. Et l'incapacité persistance de dialogue politique n'est pas de nature à rassurer.
 

Nous vous recommandons

francis mateo

Francis Mateo

Journaliste spécialisé en économie et tourisme, correspondant pour lepetitjournal.com en Catalogne, Francis Mateo est également directeur des éditions Barnanews.com (Barcelone).
10 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Joval jeu 17/10/2019 - 08:59

Enfin le vrai visage de l'indépendantisme catalan, qui, après avoir défiguré la région avec les nœuds noeuds de plastique jaune et créé un climat malsain, se mettent à la saccager, tout ça avec un grand respect de l'état de droit et de la démocratie... Que va faire la police catalane face à ces agitateurs extrémistes ?

Répondre
Commentaire avatar

LoubardPaolo jeu 17/10/2019 - 17:31

Cela fait 2000 ans que la Catalogne se rebelle pour son indépendantisme. Rien de nouveau et d'étonnant. Espérons que cela ne se propage pas au Québec, Basque, Breton, Occitan et Corse.

Répondre
Commentaire avatar

pas jeu 17/10/2019 - 13:19

Bien sûr c'est le vrai visage de haine de l'indépendantisme: des années de lavage de cerveau, bourrage de crâne, menaces, et une société totalement fracturée par la haine d'une minorité. C'est le pendant de la "ligue du Nord" italienne, bref des fachos

Répondre
Commentaire avatar

Maceo ven 18/10/2019 - 01:33

Qui sont les faschos ? Ceux qui ont été élus démocratiquement sur une idée politique de l’indépendance de la Catalogne ou bien ceux qui comme Rajoy, Casado, Rivera, et Sarnz de Santamaria qui n'hésitent pas à poursuivre l’idée du franquisme ? Ce ne sont pas les manifestants qui provoquent les heurts mais quelques groupuscules dont certains sont infiltrés et manipulés par la police. Faut aller sur place pour juger et pas rester devant la télé.

Répondre
Commentaire avatar

Avo 7 sam 19/10/2019 - 23:02

Même les journalistes catalans de Beteve étaient gênés quand ils ont dû commenter le discours de Torra disant que ce n'étaient pas des Catalans qui étaient violents, tout le monde sait que parmi les détenus plusieurs ont ocho apellidos catalanes ( huit arrières grands-parents catalans) et viennent de villages catalans de quelques centaines d'habitants mais on veut nous faire avaler que ce sont des Castillans qui ont appris le catalan pour passer inaperçus!

Répondre
Voir plus de réactions

Actualités

ENVIRONNEMENT

La Semaine européenne de réduction des déchets en Espagne

L'édition 2019 de la Semaine européenne de réduction des déchets a démarré le 16 novembre pour sensibiliser les consommateurs sur la gestion durable des ressources et la réduction des déchets

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Sur le même sujet