TEST: 2239

Costa Brava: menacée par la relance de vieux projets d'urbanisation

Par Sabine Calleja | Publié le 02/10/2018 à 16:25 | Mis à jour le 02/10/2018 à 16:32
Photo : Santa Susanna / Photo tirée du domaine public
costa brava

Voici le sujet brûlant du moment qui met le feu aux poudres sur la Costa Brava. Des anciens plans d’urbanisation datant des années 80, voire d'avant, ont refait surface et les projets de construction devraient être relancés pour cet automne. Une annonce qui fait des vagues puisque plusieurs centaines de maisons, de résidences secondaires, et d’hôtels de luxe pourraient venir peupler onze des 22 municipalités de la côte de Gérone. Mais concrètement, quels impacts sont à prévoir ?


 

Il s’agit d’anciens projets approuvés il y a plus de 20 ans qui refont leur apparition depuis la fin de la crise, rapporte La Vanguardia. La réactivation de ces projets urbains est une nouvelle de taille puisqu’elle concerne 10.000 nouvelles maisons de plus dans la région de Gérone. Par exemple, à Cadaquès, 104 maisons et un hôtel de luxe sont prévus en bordure du parc naturel du Cap de Creus. A Bégur, c’est l’implantation de 265 résidences secondaires et de trois hôtels qui doivent voir le jour dans la crique d'Aiguafreda, un des derniers territoires vierges de la municipalité. L’idée serait d’approuver un projet datant de 1975 et d’autoriser l'extension des services (électricité, eau et assainissement) sur environ 70 hectares pour donner suite aux 20% déjà construits à l’époque. La plage de Pals serait la plus touchée puisque 1.108 résidences secondaires, un hôtel de 5.000 mètres carrés, 1.000 utilisations commerciales supplémentaires et un parking de 2.500 mètres carrés devraient y être construits.

 

playa illa roja begur costa brava
"Platja Illa Roja (Begur, Girona)" (CC BY-SA 2.0) by  Asier Sarasua

 

 


Des opposants qui luttent contre le projet

 

Evidemment, l’envergure d’un tel projet de construction est loin de laisser indifférent et plusieurs protagonistes tentent de lutter contre sa réalisation. Ainsi, les écologistes et la plateforme SOS Costa Brava (avec ses 18 organisations environnementales) s’opposent aux 21 projets urbains de la côte et dénoncent ces constructions massives. A Sant Feliu de Guíxols, un groupe de voisins a pris les choses en main en créant une plateforme AlertaSantFeliu, rapporte encore La Vanguardia. Son objectif est de protéger le patrimoine de la ville et de veiller à la protection de la nature et des monuments historiques pour tenter de limiter l’invasion touristique massive sur les terrasses et les bars de plage. Le paysage de la Costa Brava, qui aspire à devenir une réserve de biosphère en 2020, pourrait être endommagé si les différents plans étaient développés. On craint donc un impact sur l’environnement et la surproduction de déchets.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale