TEST: 2238

Visa de retraité en Thaïlande: mode d'emploi

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 27/11/2007 à 01:00 | Mis à jour le 23/09/2019 à 06:55
Photo : LPJ Bangkok.com
Visa-Thailande-retraite

Obtenir un visa de retraité en Thaïlande ne semble pas compliqué - à priori. Les mauvaises surprises ne sont pourtant pas exclues car l'application de la loi peut varier d'un bureau à l'autre. Il vaut alors mieux se référer aux textes plutôt qu'aux rumeurs pour constituer sa demande

Pour obtenir un visa de retraité en Thaïlande, il faut réunir deux conditions principales : avoir plus de 50 ans et pouvoir justifier une fois l'an d'une somme de 800.000 bahts, ou d'un revenu mensuel de 65.000 bahts.
"Le processus n'a rien de compliqué, explique Alexandre Dupont, Directeur du Cabinet Juridique Law Solutions. Le gros morceau concerne l'immigration."

Obtenir un visa O

La première chose est d'obtenir un visa non Immigrant O. "Pour cela, il suffit d'en faire la demande à l'Ambassade Royale de Thaïlande en France ou ailleurs, explique Danaï Trianchanchuchai, avocat au barreau et associé du cabinet Law Solutions. A l'arrivée en Thaïlande, l'immigration accordera en principe un séjour de 3 mois avec entrée unique (pas de possibilité de sortir et revenir sur le territoire avec le même visa)".

Pour ceux qui sont déjà en Thaïlande, il est possible de convertir un visa de transit ou de tourisme en un visa O. "A cette fin, explique Alexandre Dupont, le demandeur doit déjà remplir les conditions requises pour l'obtention d'un visa de retraité et doit effectuer la demande de son visa O 21 jours avant l'expiration du visa en cours. La conversion du visa est approuvée après considération discrétionnaire des services d'immigration."

Justifier de ressources financières

Une fois en Thaïlande, son autorisation de séjour de trois mois en poche, mieux vaut ne pas perdre de temps si l'on veut tout régler en une seule fois, car les délais sont serrés. Il faut en effet ouvrir un compte bancaire et y déposer 800.000 bahts trois mois précisément avant de faire sa demande de visa retraité. "Un dépôt de 800.000 bahts doit être effectué sur un compte en Thaïlande 3 mois avant la demande de visa retraité, explique Alexandre Dupont. Néanmoins, une autre possibilité est le versement systématique. Le demandeur doit alors justifier de recevoir mensuellement une retraite d'au moins 65.000 bahts, explique le conseiller juridique. Pour justifier cette retraite, il faut obtenir une lettre de son ambassade certifiant le versement de ladite retraite."

Si la durée du visa O initial n'est pas suffisante pour effectuer toutes les démarches, une extension de sept jours est possible pour 1.900 bahts. Au-delà, il faut ressortir pour obtenir un nouveau visa de trois mois. En ce qui concerne l'ouverture du compte bancaire, certaines banques exigent des étrangers un permis de travail. Les expatriés sans permis de travail choisissent généralement la Bangkok Bank.

Demander son visa retraité

Après la justification des ressources financières, l'étape suivante consiste à déposer sa demande de visa retraité dans un bureau des services de l'Immigration.

"Attention, prévient Alexandre Dupont, la demande doit être présentée dans le dernier mois avant expiration du visa en cours, pas avant . Là, il faut s'attendre à des "conditions imprévue", explique l'expert juridique français. Les officiers de l'immigration ont en effet un pouvoir discrétionnaire sur les conditions d'acceptation du dossier, poursuit-il. Certains candidats se sont par exemple vus demander des reçus bancaires prouvant que les fonds avaient bien été transférés depuis l'étranger, ce qui n'apparaît pourtant pas dans les textes de loi. D'autres peuvent exiger un casier judiciaire. Ces conditions varient d'un endroit à l'autre, et selon le contexte aussi. Néanmoins, termine le directeur de Law Solutions, cette "flexibilité"dans l?application des lois peut aussi bien jouer en faveur des demandeurs qu'en leur défaveur".

Il est dès lors aléatoire de se référer aux bonnes ou mauvaises fortunes des uns ou des autres. Le mois dernier, par exemple, une rumeur circulait sur Internet concernant un soi-disant changement de loi concernant le visa de retraité. Plusieurs personnes avaient essuyé un refus du renouvellement de leur visa car les 800.000 bahts n'étaient pas sur le compte depuis trois mois. Cette condition ne leur avait jamais été demandée auparavant, et pourtant, elle était bien inscrite dans la loi.

C'est pourquoi constituer son dossier dans le respect du texte permet de limiter les risques de mauvaise surprise.

Pierre QUEFFELEC mardi 27 novembre 2007

Les documents requis pour le visa de retraité :
1. 2 photos (taille passeport)
2. Formulaire de demande de visa (TM.7)
3. Copie et original du passeport
4. Copie et original du livret bancaire
5. Lettre de la banque certifiant que le montant minimum requis (800.000 bahts) est détenu sur le compte ou lettre de l'ambassade justifiant d'une retraite mensuelle de 65.000 bahts au moins
6. La preuve du transfert d'argent démontrant l'origine des fonds.

A propos des taxes
En ce qui concerne les taxes, l'expert comptable Suwasa Romsook nous explique qu'un étranger sous visa de retraité n'est pas soumis à l'impôt en Thaïlande du moment qu'aucun de ses revenus ne sont générés en Thaïlande. "Il se peut parfois que le bureau des impôts effectue des visites de vérification lorsqu'il a des soupçons sur quelqu'un", souligne-t-elle.
Pour ce qui est des taxes de fret, plusieurs lecteurs nous ont fait part d'un manque de transparence, certains ayant même l'impression de se faire escroquer par les douaniers. "La taxation de fret est très complexe explique Alexandre Dupont, de nombreux critères sont pris en compte."Le problème pour les retraités est que pour obtenir l'exemption de taxe de fret, il faut être sous un visa non immigrant B d'un an avec un permis de travail. Et un étranger sous visa de retraité ne peut justement pas prétendre à un permis de travail.

Pierre-Queffelec-vignette-2018

Pierre QUEFFELEC

Originaire du sud de la France, il fait ses premières armes dans le journalisme avec la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il est en charge des opérations du bureau de Bangkok depuis janvier 2006.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale