TEST: 2238

Une décennie de voyages à vélo pour ce couple franco-anglais

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 09/08/2012 à 00:00 | Mis à jour le 20/03/2019 à 11:18
velomads_250

Si le Tour de France s'est achevé fin juillet sur une victoire britannique, un couple franco-anglais poursuit son tour du monde de dix ans à vélo débuté en 2004 dans le but d'encourager le public à utiliser la bicyclette, moyen de transport "écologique et bon pour la santé". Passé par la Thaïlande le mois dernier, Richard, le Français de l'aventure raconte ses péripéties

"Un des grands malheurs de la vie moderne, c'est le manque d'imprévu, l'absence d'aventures". Richard et Stani, ont fait leur cette citation de l'auteur du XIXe siècle Théophile Gautier, eux qui ont pour idée que la vie doit se vivre sur la route, à voyager à travers le monde à vélo. Richard, ancien sommelier poitevin âgé de 40 ans, et Stani, Britannique de 44 ans ayant travaillé dans le secteur caritatif, ont parcouru depuis 1996 plus de 100.000 km à vélo et découvert 55 pays des cinq continents. "Nous nous sommes rencontrés en 1995, raconte Richard. L'année d'après nous partions pour quatre ans de traversée des Amériques depuis l'Alaska jusqu'à la pointe de l'Argentine, un voyage de 28.000 km" Après un intermède de 4 ans à Londres où le couple travaille, économise et fait une belle plus-value sur l'achat et la vente d'un bien immobilier, Richard et Stani repartent en 2004 pour un voyage à bicyclette encore plus long passant par l'Afrique, l'Europe, l'Asie et l'Océanie, et qui devrait s'achever dans deux ou trois ans.   

Une prise de conscience "écolo"

Ces "fous de vélo" - "Les VeloMads" comme ils aiment s'appeler - ont un quotidien bien rythmé, qui leur coûte un budget de 10? à 12? par jour en moyenne et qu'ils couvrent également par des petits boulots ponctuels comme le ramassage de fruits effectué en Océanie. "Nous essayons chaque jour de nous lever tôt, vers 6h du matin, raconte "Rico". Je prépare du pain chaud maison avec un petit four pour le petit-déjeuner, puis nous allons dans un marché pour avoir de quoi manger la journée. Nous roulons environs 5h, soit 70 km par jour. Le reste du temps, le fait de voyager à vélo nous donne la liberté de nous arrêter n'importe où au bord de la route, pour visiter ou rencontrer des locaux qui, parfois, nous invitent à dormir chez eux le soir". Le plus souvent, les deux passionnés font du camping sauvage sur un terrain proche d'habitations, pour des questions de sécurité. Richard insiste sur le fait que le couple laisse l'endroit où ils ont dormi toujours plus propre qu'à leur arrivée. "Notre parcours autour du monde nous a transformés, nous montrant le très mauvais état dans lequel est mis la terre par la société de consommation", indique Richard qui recycle ses déchets tous les jours. Ce dernier tient un blog où ses aventures sont racontées sous forme de roman-photos, récits qui font aussi office d'appels à la protection de la nature. "Promouvoir l'utilisation du vélo au quotidien est une bonne chose, car c'est un très bon moyen de transport pour aider à diminuer les problèmes de santé, de réchauffement climatique et de circulation dans les villes", ajoute-t-il.

Du tour du monde au Tour de France

Le vélo de Richard, qu'il a fait faire sur mesure, est le même depuis le départ. Il y tient comme à la prunelle de ses yeux et s'est retrouvé désemparé le jour où celui-ci a été volé en 2006 en Sibérie avant d'être retrouvé quelques jours plus tard par la police locale.
"Avec 15 kilos d'affaires sur le vélo, nous avons faits une moyenne de 11.000 km par an les sept dernières années, la moitié de ce que parcourt un professionnel," explique Richard qui a pour cousins le multiple champion de France de cyclisme sur route Sylvain Chavanel et Sébastien Chavanel, vainqueur du Tour de Picardie en 2008. Au mois de juillet, le couple est passé par la Thaïlande, un pays qu'ils avaient déjà visité il y a trois ans. "Avec Stani, nous souhaitions revenir ici car nous aimons les temples, les petits marchés, les gens. Ce qui nous fait peur, c'est la circulation de Bangkok", raconte Richard qui préfère la tranquillité et la fraîcheur des sommets des provinces de Chiang Mai et Chiang Rai. Les deux amoureux ont déjà eu de sévères accidents. Stani s'est notamment faite renverser par un bus au Cambodge, et Richard a eu des côtes fracturées.

Mongolie, Chine, Japon, Indonésie, Hong Kong, Laos, Cambodge, Thaïlande, Birmanie, entre autres, chaque pays d'Asie visité représente une culture différente à découvrir pour Rico et Stani qui ont pour projet de rentrer en France dans trois ans à la fin de leur périple. "Nous aimerions faire alors un tour de France à vélo d'un an sur le thème "un jour, un fromage", et faire découvrir ce voyage à travers un livre." Avant de monter encore et toujours sur la selle et partir sur les chemins du monde.

Par Yann FERNANDEZ jeudi 9 août 2012

Voir aussi le blog de Richard

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale