L’Odyssée Electrique, un tour du monde branché

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 06/07/2012 à 00:00 | Mis à jour le 20/03/2019 à 11:38
Photo : Xavier et Antonin dans le jardin de la Siam Society à Bangkok (photo Ambassade de France en Thaïlande)
odyssee_electrique_250

Deux jeunes Français se sont lancés début février dans l'Odyssée Electrique : le premier tour du monde réalisé en voiture électrique. Le projet soutenu par de grands groupes français souhaite démontrer que ce type de véhicule non polluant est totalement sûr. Quasiment à la moitié de leur périple, les deux aventuriers se sont arrêtés recharger leur batterie chez les Thaïlandais

"Si une voiture électrique peut faire le tour du monde, tout un chacun peut l'utiliser pour ses trajets quotidiens" : le slogan de l'Odyssée Electrique de Xavier Degon, 27 ans, et Antonin Guy, 28 ans, est bien rodé et fait mouche. Les deux jeunes Français, qui accomplissent actuellement le premier voyage autour du monde en voiture électrique de série, se sont fixés l'ambitieux objectif de promouvoir auprès du public ce moyen de transport qui n'émet ni CO2, ni bruit de moteur, lors de son usage. Pour financer leur projet, ils ont réussi à convaincre des partenaires de poids de l'intérêt de l'Odyssée Electrique, à commencer par Citroën, ainsi que d'autres grands groupes français tels que EDF, AXA et France Telecom-Orange. Pendant 8 mois, la Citroën C-ZERO que leur a prêté Citroën va parcourir 25.000 km à travers 17 pays, un trajet qui ne coûtera au total que 250? en énergie. La batterie "waterproof", placée en dessous du véhicule de la marque aux chevrons pour l'alimenter, nécessite néanmoins d'être rechargée plusieurs fois par jour. "La recharge se fait sur une prise électrique classique environ tous les 220 kilomètres et dure en moyenne 6 heures, explique Xavier, ingénieur en optimisation de l'équilibre énergétique. Ces arrêts sont autant d'occasions de demander de l'aide et de passer du temps avec la population locale".

Une pause recharge dans un temple thaïlandais

Les deux amis, anciens collègues de travail, branchent directement leur prise chez les gens qui acceptent de leur donner un coup de main. "200 "pluggers" nous ont signalé spontanément leur localisation et leur envie de nous aider sur notre site Internet, et nous sommes allés rechargés la voiture chez une quinzaine d'entre eux, raconte Antonin, consultant dans un cabinet de conseil en management qui a réalisé différentes études autour de la mobilité électrique. Le reste du temps, nous allons taper à la porte de personnes qui n'ont  jamais entendu parler du projet, mais dont la majorité accepte de nous aider ."

Au deuxième jour de leur passage en Thaïlande, 8e pays traversé par les deux globe-trotters la semaine passée, Antonin et Xavier n'avaient essuyé aucun refus de la part des habitants du royaume. "Même si certains ne pouvaient pas nous aider directement car l'électricité chez eux n'était pas stable, ils nous ont fourni à chaque fois une solution en appelant des amis. Et nous avons même rechargé la voiture dans un temple", s'exclament les deux Français qui avouent avoir le plus souvent communiqué avec les locaux par le langage des signes.

Un coût d'achat qu'il faudra faire baisser

La petite Citroën C-ZERO n'a rencontré aucun problème technique depuis le départ le 11 février à Strasbourg, ville très impliquée dans le développement des véhicules électriques. Ce constat, fait après 11.000 km parcourus, prouve que ce type de voiture est fiable, l'un des autres objectifs de l'Odyssée Electrique. Les deux jeunes admettent toutefois que le prix en France de la C-ZERO, 30.000?, est assez dissuasif pour les acheteurs, même en tenant en compte de la subvention de l'Etat de 5.000?. "Le principal challenge sera d'arriver à faire baisser le prix des voitures pour que les gens puissent  plus facilement les acheter, explique Antonin. Mais il faut noter qu'il est possible d'acquérir cette voiture pour 15.000? si on loue la batterie à part. Et puis, avec les économies faites sur le prix de l'essence, vous pouvez rentabiliser l'achat en 3 ou 4 ans." Les deux jeunes aventuriers ont quitté la Thaïlande et sont actuellement sur les routes du Vietnam, avec toujours en tête l'idée de contribuer à la démocratisation de l'utilisation de la voiture électrique dans le monde, et notamment en France. Il reste un long chemin à faire : lancée fin 2010 dans l'Hexagone, les voitures électriques de Citroën n'ont convaincu que 500 acheteurs sur le territoire français pour le moment.

Par Yann FERNANDEZ vendredi 6 juillet 2012

Voir aussi :

Le site Internet de l'Odyssée Electrique
La page Facebook du projet

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale