Un nouveau-né en vie, après avoir été poignardé et enterré vivant

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 25/02/2016 à 23:00 | Mis à jour le 21/02/2020 à 03:17

Un nourrisson, poignardé à plusieurs reprises puis enterré vivant avant d'être secouru par une passante, est désormais "hors de danger" à l'hôpital de Khon Kaen.

Le nouveau-né transféré d'urgence à l'hôpital de Khon Kaen mardi, après avoir été poignardé à quatorze reprises puis enterré vivant dans un champ du district de Waeng Yai, est finalement en vie et "hors de danger".

Khajit Khrongyu, 53 ans, promenait ses vaches près du village de Khon Sawan mardi après midi lorsqu'elle a entendu des pleurs étouffés. Remarquant qu'un carré de terre avait été retourné récemment, elle s'est approchée et a découvert avec horreur un nourrisson ensanglanté, enterré vivant sous une vingtaine de centimètres de terre.

"Au début, je pensais que quelqu'un avait enterré ses animaux, mais ensuite j'ai vu un pied. J'ai essayé de me contrôler et j'ai appelé à l'aide" raconte Khajit Khrongyu dans Coconuts Bangkok.

Aidée de son mari, elle a immédiatement emmené le nourrisson à l'hôpital de Waeng Yai. Devant l'importance de ses blessures, le bébé a ensuite été transféré à l'hôpital de Khon Kaen.

Mercredi, il y était encore, entre la vie et la mort. « Il est conscient mais dans un état critique et sous respirateur car certains des coups de couteau ont percé ses poumons », confiait le Docteur Charnchai Janworachaikul, directeur de l'hôpital de Khon Kaen, au Bangkok Post.

Jeudi, Nopporn Rithual, le policier en charge de l'enquête, a assuré à l'AFP qu'il était désormais "hors de danger". Un miracle.

Le policier a également réaffirmé la détermination de la police de Waeng Yai à trouver le coupable, dont le Daily News disait qu'il s'agissait probablement d'un habitant de la région.

En Thaïlande, l'avortement est illégal mais les abandons sont fréquents. Entre 2012 et 2015, plus de 662 bébés ont été abandonnés par leurs parents. Un acte illégal passible de 3 ans de prison et/ou 6.000 bahts d'amende.
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale