Mardi 23 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un historien accusé de lèse-majesté envers un roi du XVIe siècle

Par L. BOURBOULON | Publié le 20/10/2017 à 00:00 | Mis à jour le 20/10/2017 à 00:00

Le professeur Sulak Sivaraksa, célèbre royaliste critique de la loi de lèse majesté, a été mis en accusation par la police à propos d'un discours donné à l'université de Thamassat dans lequel il aurait commis un acte de lèse-majesté envers le roi Naresuan qui régnait sur le Royaume d'Ayutthaya il y a 400 ans.

Sulak est accusé d'avoir commis un acte de lèse-majesté lors d'une conférence sur l'histoire thaïlandaise. Alors qu'il évoquait le roi Naresuan qui a régné sur le royaume d'Ayutthaya de 1590 à 1605, il a déconstruit la légende de la bataille des éléphants qui opposait le roi du Siam à un roi birman. De plus, il a critiqué la personnalité du roi légendaire pour ses conquêtes militaires, le jugeant cruel.

L'avocat de Sulak Sivaraksa, M. Puangthip Boonsanong, a confié au journal Prachatai le 9 octobre que la police avait arrêté le professeur pour le présenter devant la Cour militaire de Bangkok car le discours tenu dans cette conférence constitue une violation de le fameux article 112 du Code criminel, la très sévère loi de lèse-majesté. Le procureur militaire monte actuellement un dossier pour un jugement qui sera rendu le 7 décembre. Sulak risque entre trois et quinze ans de prison.

Pourtant si l'article 112 interdit que "quiconque diffame, insulte ou menace le roi, la reine, l'héritier ou le régent", cela ne concerne que les membres de la royauté contemporains, ce qui rend cette mise en accusation d'autant plus surprenante.

C'est le deuxième cas d'accusation de lèse-majesté envers un ancien roi. En 2013, un individu avait été jugé coupable de diffamation envers le roi Rama IV qui a régné de 1851 à 1868.

 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

"Pires que la prison": les centres pour mineurs philippins sont le théâtre d'abus

Le crime de Jerry, un Philippin de 11 ans? Avoir violé les lois sur le couvre-feu des mineurs après avoir fui la violence à la maison. Son châtiment? Un séjour en centre de détention pour la ...

Sur le même sujet