TEST: 2238

Un conseiller du Premier ministre thaïlandais nommé chef de la BOT

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 30/07/2020 à 00:00 | Mis à jour le 30/07/2020 à 10:41
Photo : Reuters
Banque thailande

Le gouvernement thaïlandais a choisi mercredi un conseiller économique du Premier ministre et ex-économiste de la Banque mondiale, pour être son prochain gouverneur de la banque centrale. Un choix dans lequel les analystes voient peu de chances qu'il n'y ait des bouleversements majeurs dans la politique monétaire du royaume.

Le Cabinet a approuvé la nomination de Sethaput Suthiwart-Narueput au poste de gouverneur de la Banque de Thaïlande (BOT) pour une période de cinq ans à compter du 1er octobre. Il succèdera ainsi à Veerathai Santiprabhob, qui n'a pas souhaité briguer un second mandat pour des raisons personnelles.

Le nouveau chef de la BOT va d'emblée être confronté à un défi de taille alors que la deuxième économie d'Asie du Sud-Est, qui était déjà en difficulté au début de l’année, est engagée dans une récession sans précédent en raison de la crise du coronavirus, avec des taux d'intérêt proches de zéro et un endettement des ménages très élevé.

Sethaput Suthiwart-Narueput, 55 ans, était fortement pressenti pour décrocher le poste. Il siège déjà au comité de politique monétaire (MPC) de la BOT et est titulaire d'un doctorat en économie de l'Université de Yale.

Charnon Boonnuch, économiste chez Nomura, voit dans sa nomination "des implications limitées sur la politique monétaire", étant donné qu'il est membre du MPC depuis 2014.

Le rôle de Sethaput Suthiwart-Narueput en tant que conseiller économique du Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha ne devrait présenter aucune inquiétude quant à l'indépendance de la banque centrale, a-t-il déclaré, compte tenu de ses antécédents rassurants dans les secteurs public et privé.

Pote Harinasuta, qui a déjà travaillé avec le futur gouverneur de la BOT et dirige maintenant One Asset Management, le décrit comme "taciturne et capable".

"S'il décide de faire quelque chose, ce sera basé sur une diversité d’informations bien à jour", dit-il.

Jeune génération

Les analystes s'attendent à ce qu'il travaille sans difficultés avec Predee Daochai, l'homme largement pressenti pour devenir le prochain ministre des Finances à l’issue d’un remaniement ministériel qui devrait être achevé à la mi-août.

Sethaput Suthiwart-Narueput a été choisi pour ses qualifications, ses résultats, son attitude, sa vision et parce qu'il appartient à une jeune génération, a déclaré le Premier ministre, Prayuth Chan-O-Cha. "Cela vient du comité de sélection", a-t-il ajouté. "Ce n'est pas moi qui choisis tout le monde".

La BOT a réduit son taux directeur trois fois cette année, l’amenant au niveau record de 0,50%. La banque centrale prévoit que l'économie se contractera de 8,1% cette année en raison des mesures prises pour contenir l’épidémie de Covid-19, mesures qui ont décimé le tourisme et fortement ralenti l'activité intérieure.

Le baht irrémédiablement fort nuit depuis plusieurs mois à la compétitivité des exportations.

La BOT a souligné qu'elle ne pouvait que lisser les mouvements excessifs de devises alors que des informations circulent selon lesquelles la Thaïlande risquerait d'être inscrite dans la liste de surveillance établie par le Trésor américain qui évalue la politique de changes de ses principaux partenaires commerciaux.

Dans une interview accordée en 2015 au magazine de la banque centrale, Sethaput Suthiwart-Narueput a déclaré qu'il avait appris de son père l'importance de l'intégrité et que son expérience à la Banque mondiale lui avait appris à apprécier et à comprendre différentes perspectives.

La politique monétaire a ses limites et n’est pas une "épée magique", en revanche les conséquences lorsque l'on en fait un mauvais usage peuvent être énormes, avait-il déclaré.

Interrogé sur son secret du succès, il a déclaré au magazine: "Qui n'aime pas le succès? Le succès est important. Mais s'il on y est trop attaché, notre vie peut ne pas être aussi heureuse que cela."

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale