TEST: 2238

TRAFIC – Des prostituées utilisées dans le braconnage de rhinocéros

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 26/07/2011 à 00:00 | Mis à jour le 16/09/2019 à 04:12

Le Thaïlandais arrêté il y a quelques semaines pour braconnage de rhinocéros employait des prostituées afin de sortir illégalement des cornes d'Afrique du Sud qui alimentaient le marché noir asiatique, rapportait les médias vendredi.

Chumlong Lemtongthai avait été arrêté en dehors de Johannesburg pour avoir vendu au moins 40 cornes de rhinocéros, selon les journaux Mail & Guardian et Beeld. La révélation est venue d'un responsable sud-africain de la Thai Airways, John Olivier, qui a travaillé avec Chumlong puis l'a dénoncé à la police. John Olivier a déclaré à la police que Marnus Steyl, un trafiquant sud-africain d'espèces animales, achetait des rhinocéros lors de ventes aux enchères ou à des particuliers, et les emmenait dans ses fermes où les animaux étaient tués à leur arrivée. “Une fois que les rhinocéros étaient à la ferme de Steyl, il appelait Chumlong Lemtongthai et lui indiquait combien d'animaux étaient prêts pour la “chasse"”, déclare Oliver dans le Mail & Guardian. L'Afrique du Sud autorise un nombre limité de chasses légales de rhinocéros, mais chaque personne ne peut tuer qu'un animal par an. Amis, stripteaseuses et prostituées étaient payés 5.000 rands (514 euros) pour poser en tant que chasseur et exporter les cornes, explique les journaux. "Le trophée est juste une couverture pour sortir la corne hors d'Afrique du Sud pour l'Asie. Une fois là-bas, il est évident que la corne entrait dans le marché noir afin d'être utilisée à des “fins médicales". La personne "chassant” le rhinocéros ne revoyait pas l'animal ni la corne”, a déclaré Oliver. Chumlong payait 65.000 rands le kilo de corne et le revendait 55.000 dollars (380.000 rands), selon les journaux. Les cornes sont utilisées en médecine traditionnelle chinoise pour faire baisser la fièvre, et au Vietnam pour lutter contre le cancer.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale