SANTIKA – La discothèque maudite est également passée au travers de l’impôt sur le revenu !

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 09/02/2009 à 01:00 | Mis à jour le 08/08/2022 à 04:42

Les propriétaires du Santika, la discothèque qui avait pris feu le soir du réveillon de Nouvel an tuant 66 personnes, n'ont jamais eu à payer de taxes sur le revenu, a révélé jeudi une agence anti-corruption.

La Commission pour la Prévention et la Suppression de la Corruption dans le Secteur Public avait lancé une enquête auprès du Département des impôts. Elle soupçonnait ce dernier d'avoir "manqué" de collecter l'équivalent de 20 millions de bahts d'impôts sur le revenu brut auprès de la société gestionnaire, White and Brothers 2003, durant les cinq années d'exploitation de cette discothèque perçue pour être l'une des plus renommée de la capitale.

Selon l'agence anti-corruption, les gérants du Santika auraient en principe dû payer 10% d'impôts sur le revenu brut du fait qu'il s'agissait d'un établissement de nuit avec une piste de danse et servant de l'alcool.

Mais, selon le Bangkok Post, les gérants auraient déclaré aux inspecteurs du trésor public être un simple restaurant. Une déclaration confirmée par ses derniers qui ont rapporté, lors de l'unique visite effectuée en cinq ans, n'avoir vu personne ni danser ni boire...

Le Premier ministre pourrait prendre la décision mercredi de confier l'enquête au Département des Enquêtes Spéciales (DSI). Plusieurs irrégularités de procédures au sein de divers organismes de contrôle, dont la police, ont été détectées depuis le drame. Mais certains observateurs craignent que les autorités s'arrangent d'un bouc-émissaire en la personne du chanteur de l'orchestre qui aurait allumé les feux d'artifices à l'origine de l'incendie.

lundi 9 février 2009

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale