Avec la dépénalisation du cannabis en Thaïlande, des soins moins chers et plus sûrs

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 22/06/2022 à 00:00 | Mis à jour le 22/06/2022 à 11:57
Photo : REUTERS/Athit Perawongmetha - Jiratti "Bee" Kuttanam, 42 ans, qui se bat contre un cancer du sein, boit du thé de cannabis et fume une cigarette de cannabis dans son appartement de Bangkok
Malade-cancer-cannabis-Thailande

La dépénalisation du cannabis en Thaïlande signifie un approvisionnement plus fiable et moins cher, un bénéfice non négligeable pour les malades qui l’utilisent au quotidien dans leur traitement  

 

Pour Jiratti Kuttanam, l'assouplissement récent des restrictions sur le cannabis en Thaïlande signifie une chose par-dessus tout: un accès moins cher aux produits qu'elle utilise pour atténuer la douleur et les effets secondaires des traitements de son cancer du sein.

La Thaïlande est devenue début juin le premier pays asiatique à légaliser la culture et la consommation privée de cannabis, une décision qui, selon les autorités, doit stimuler l'agriculture offrant de nouveaux débouchés prometteurs.

Le cannabis médical est légal dans le royaume depuis 2018. Mais, avant la dépénalisation, l’approvisionnement reposait essentiellement sur des importations coûteuses. Certains malades se fournissaient chez des revendeurs illégaux.

 

Une malade de cancer se prepare une cigarette de cannabis a Bangkok
Jiratti "Bee" Kuttanam, se prépare une cigarette de cannabis chez elle à Bangkok, le 14 juin 2022. Photo REUTERS/Athit Perawongmetha

 

Cannabis moitié moins cher

Les têtes de cannabis importées pouvaient coûter jusqu'à 700 bahts (19 €) le gramme, mais les prix ont depuis diminué de moitié, affirme Jiratti.

"Je prends du cannabis régulièrement, afin de ne pas ressentir de douleurs", explique-t-elle en émiettant dans de l’eau bouillante des feuilles de marijuana pour se faire une infusion, dans son appartement à Bangkok.

La Thaïlandaise de 42 ans a été diagnostiquée il y a cinq ans avec un cancer du sein à un stade avancé. Deux ans plus tard, elle a commencé à utiliser de l'huile de cannabis et d'autres produits pour soulager la douleur, les vomissements, la fatigue et l'anxiété dont elle souffrait après les séances de chimiothérapie.

Une malade de cancer se prepare une infusion de cannabis a Bangkok
Jiratti "Bee" Kuttanam, se prépare une infusion de cannabis chez elle à Bangkok, le 14 juin 2022. Photo REUTERS/Athit Perawongmetha

 

Approvisionnement plus fiable

Une production locale et légale signifie un approvisionnement plus fiable - une bonne chose du moment que les patients savent comment l'utiliser, dit-elle.

"Je pense que l’on a besoin d'être éduqué. Il faut apprendre à l'utiliser... de la bonne façon. Cela peut être nocif. Cela peut être dangereux aussi, vous savez."

L'assouplissement des restrictions par la Thaïlande ne signifie cependant pas que tout est autorisé. Alors qu’un projet de loi devant encadrer l’utilisation du cannabis est encore en gestation, les autorités ont la semaine dernière décrété en urgence une série de règles interdisant de fumer du cannabis en public et d’en vendre aux moins de 20 ans, aux femmes enceintes et aux mères allaitantes.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale