Jeudi 19 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Rallier Bangkok à Phnom Penh en train reste encore une sacrée aventure

Par Catherine Vanesse | Publié le 29/08/2019 à 00:00 | Mis à jour le 29/08/2019 à 02:13
Photo : Catherine Vanesse - Ligne de chemin de fer dans les campagnes cambodgiennes à la sortie de Phnom Penh
Train Bangkok Phnom Penh

La réouverture récente de la ligne de train de Bangkok à la frontière cambodgienne est une avancée pour faciliter les échanges entre les deux pays. Pour autant, rallier Phnom Penh depuis Bangkok en train reste une aventure épique.

Après quasiment un demi-siècle d’interruption en raison de la guerre civile au Cambodge, iI est de nouveau possible, depuis le 1er juillet, de rejoindre la frontière cambodgienne en train au départ de Bangkok grâce à la remise en service d’un tronçon de 5,7 km entre la ville thaïlandaise d’Aranyaprathet et le poste frontière de Ban Klong Luk.

Inaugurée en grandes pompes le 22 avril dernier par le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-O-Cha et son homologue cambodgien Hun Sen, la ligne de chemin de fer reliant le Cambodge et la Thaïlande a pour objectif de réduire les temps de trajet et de stimuler les échanges commerciaux entre les deux voisins, selon le communiqué officiel. 

Néanmoins, s’il s’agit d’une avancée significative, que ceux qui s’imaginent pouvoir faire des aller-retours en train pour le week-end entre les deux capitales ne s’emballent pas trop vite - à moins qu’ils n’aient beaucoup de temps à sacrifier au côté pittoresque et incertain du voyage. 

Cela en raison notamment des horaires qui ne concordent pas, du manque de trains mis en service du côté cambodgien et de l’aspect rustique des trains en Thaïlande.

Plus de 36 heures de voyage !

Grosso modo, si vous voulez faire Bangkok Phnom Penh en train ces jours-ci, il vous faudra dormir au moins une nuit à la frontière et compter dans le meilleur des cas un peu plus de 36 heures de voyage.

Depuis la gare de Hua Lamphong, il y a désormais deux départs par jour pour la gare de Ban Klong Luk, à 5h55 et 13h05 et deux retours par jour depuis Ban Klong Luk à 6h58 et 13h53 pour Bangkok. 

Le voyage, uniquement en troisième classe et sans réservation préalable, coûte 48 bahts et dure environ 5 heures pour parcourir les 216 km entre Bangkok et la gare Ban Klong Luk. Il faut ensuite traverser la frontière à pieds pour rejoindre la gare de Poipet 800 mètres plus loin. 

Pour rejoindre Phnom Penh, à 400 km de Poipet, il faut compter 12 heures de voyage -contre 7 heures en bus ou minivan- avec des trains qui ne circulent que deux fois par semaine : le samedi à 7h15 et le lundi à 7h00 pour la liaison Poipet - Phnom Penh; le dimanche à 7h15 et le vendredi à 7h00 pour le trajet de Phnom Penh à Poipet. 

L’aller simple revient à 7 dollars seulement dans des wagons équipés de l’air conditionné et wifi, mais un voyage lent. 

La réouverture de la ligne semble bien plus intéressante pour le transport de marchandises que pour les voyageurs, et c’est d’ailleurs l’objectif affiché par les deux pays qui entendent accroître leurs échanges commerciaux s'élevant pour l’heure à 5,3 milliards d’euros,


Site du chemin de fer au Cambodge

Site du chemin de fer en Thaïlande
 

Nous vous recommandons

catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Thaïlande

GASTRONOMIE

Guide de survie du végétarien en Thaïlande

En Thaïlande, la plupart des plats contiennent de la viande ou du poisson, pourtant contrairement à beaucoup d’idées reçues, suivre un régime végétarien n’y est pas plus compliqué qu’en Europe.

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l