PHUKET – Un Français pourrait être parmi les morts de l’incendie du Tiger Pub

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 20/08/2012 à 00:00 | Mis à jour le 08/11/2018 à 14:59

Un Français, porté disparu depuis l'incendie qui a détruit vendredi vers 4h du matin la discothèque le Tiger Pub sur la plage de Patong à Phuket, pourrait être parmi les quatre morts causés par le drame. Les premiers éléments de l'enquête n'ont pour l'instant pas permis d'identifier les causes de l'incendie

--

LIRE AUSSI

FAITS DIVERS – Au moins 4 morts dans l'incendie dans une discothèque à Phuket
17 août 2012
 

INCENDIE SANTIKA – Un rescapé français résidant à Bangkok témoigne
5 janvier 2009

Notre article du 26 janvier 2009, Santika : Les feux d'artifice à l'origine de l'incendie, cinq personnes inculpées

Notre article du 29 janvier 2009,  Santika : Un chanteur inculpé, un policier mis en cause

Notre article du 12 mars 2009, Santika : 5 fonctionnaires de la BMA risquent des sanctions disciplinaires

Notre article du 21 septembre 2011
Peines d'emprisonnement dans l'affaire de l'incendie du Santika

Notre article du 9 mars 2012
Un mort, 20 blessés dans l'incendie d'un hôtel à Bangkok

-

Un Français est porté disparu depuis l'incendie qui a détruit dans la nuit de jeudi à vendredi la discothèque le Tiger Pub situé sur la plage de Patong à Phuket, ont indiqué vendredi les autorités locales à l'AFP. Le sinistre, qui s'est déclaré vers 4h00 du matin, a fait au moins quatre morts. "D'après les premiers éléments de l'enquête et sous réserve des résultats des autopsies, il pourrait s'agir d'un Français, d'un Anglais et de deux Thaïlandais : une cliente et un membre du personnel," nous a indiqué la police volontaire touristique de Phuket jointe hier par téléphone. L'état des quatre corps retrouvés sans vie ne permettait pas leur identification vendredi. Une équipe du Bureau de la police nationale a été envoyée le lendemain de Bangkok pour tenter d'y parvenir. Des amis du Français porté disparu ont assuré à la police que celui-ci était dans l'établissement lorsque l'incendie s'est déclenché et qu'ils ne l'avaient pas revu depuis, a déclaré le patron de la police de Phuket, le colonel Chirapat Phochanapan.  

Quatre autre Français et sept Thaïlandais ont par ailleurs été blessés, selon les sources officielles locales. Benjamin Tallanotte, 30 ans, qui souffre de brûlures au second degré sur 40% de son corps, serait le blessé le plus sérieux d'après les médias locaux. Le touriste français, qui était en vacances en Asie avec six autres membres de sa famille, est actuellement en soins intensifs au Bangkok Hospital de la capitale. D'après le Bangkok Post, il aurait la gorge brûlée et serait incapable de parler, mais pourrait bouger les membres de son corps.

Un incendie déclaré après l'heure de fermeture réglementaire

Les premiers éléments de l'enquête faisaient apparaître que le sinistre avait été provoqué soit par la foudre, soit par l'explosion d'un transformateur, mais le responsable à Patong du Bureau de l'Autorité provinciale de l'Electricité a réfuté samedi la deuxième hypothèse, a rapporté le Phuket Gazette. Un cadre du groupe Tiger qui gère la discothèque, a expliqué à l'AFP que l'établissement était officiellement fermé au moment du drame, mais qu'entre 70 et 80 personnes y étaient encore abritées, attendant la fin de la pluie. Un garde de sécurité travaillant dans un bar voisin a indiqué de son côté au Bangkok Post que le Tiger Pub fermait habituellement vers 4h du matin et parfois plus tard, au-delà de son heure de fermeture réglementaire fixée à 2h du matin. Le maire de Patong, Pian Keesin, a indiqué que la demande d'enregistrement de la discothèque était introuvable, probablement endommagée par les inondations de 2003. Il s'est dit confiant sur le fait que la boîte de nuit opérait légalement et avait satisfait aux exigences sécuritaires. 

Les règles élémentaires de sécurité sont fréquemment ignorées en Thaïlande. Pendant le réveillon du 31 décembre 2008 au 1er janvier 2009, 67 personnes avaient péri dans l'incendie d'une discothèque de Bangkok, dont trois Singapouriens, un Japonais et un Birman. De nombreux touristes occidentaux avaient été blessés. L'incendie avait pris à cause de feux d'artifice tirés au moment où se produisait un groupe de rock. Le gérant du Santika Club et le patron de l'entreprise qui avait installé les feux ont été condamnés l'an passé à trois ans de détention pour négligence grave dans cette affaire.

Par Y.F. avec AFP lundi 20 août 2012


 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale