MEKONG – Le Laos tente de convaincre ses voisins au sujet du grand barrage

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 16/07/2012 à 00:00 | Mis à jour le 28/07/2019 à 07:39

Le Laos a invité des officiels de Thaïlande, du Cambodge et du Vietnam, ainsi que des membres de la Commission de la rivière Mékong (MRC) à venir visiter pour la première fois aujourd'hui et demain le site du projet de barrage controversé de Xayaburi.

Les autorités laotiennes souhaitent lever les doutes qui existent sur un éventuel impact négatif sociétal et environnemental de la construction de ce barrage, premier d'une série de onze sur la partie inférieure du fleuve. Les écologistes affirment que le barrage, d'un coût estimé à 3,8 milliards de dollars et d'une capacité de 1.260 mégawatts, serait désastreux pour les 60 millions d'habitants qui dépendent du fleuve pour le transport, l'alimentation et l'économie. Mais le Laos, dépourvu d'accès à la mer et de tissu industriel, mise sur l'énergie pour appuyer son développement et rêve de devenir la "pile" de l'Asie du Sud-Est, notamment pour des voisins dont la croissance économique soutenue alimente des besoins en forte hausse. Des ministres du Vietnam, Cambodge, Thaïlande et Laos, pays membres de la MRC avaient décidé en décembre de reporter la construction du barrage de Xayaburi, et de conduire d'autres études concernant son impact sur les populations locales et l'environnement du fleuve. Selon les autorités laotiennes, ces nouvelles études menées par les compagnies suisse Pöyry et française Compagnie Nationale du Rhône devraient rassurer les pays partenaires.

La construction du barrage est prévue pour durer huit ans et doit être prise en charge en partie par le groupe thaïlandais CH Karnchang pour un contrat de 2,4 milliards de dollars. Selon le Bangkok Post, une association de villageois appelée "Le Réseau du peuple de huit provinces du Mékong" a déclaré qu'elle allait déposer une plainte le 23 juillet devant une cour administrative dans le but de faire annuler l'accord existant entre le constructeur Ch Karnchang Plc et l'Autorité de production d'électricité de Thaïlande (EGAT). Cette dernière souhaite acheter la future électricité produite par la centrale.

Y.F. (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html avec AFP) lundi 16 juillet 2012

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale