L’ex-chanteur "rouge" Arisman se rend après 20 mois de cavale

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 08/12/2011 à 00:00 | Mis à jour le 16/11/2018 à 03:58

L'un des leaders des Chemises rouges, l'ex-chanteur Arisman Pongruengrong, s'est rendu hier matin au Département des enquêtes spéciales (DSI) alors qu'il fuyait la police thaïlandaise depuis mai 2010, ont rapporté les médias thaïlandais.

"La raison pour laquelle je me suis rendu aux autorités est parce que je pense que le processus judiciaire en Thaïlande est maintenant juste et parce que je tiens à défendre mon cas devant le tribunal et à nier toutes les accusations", a-t-il expliqué après s'être livré. Arisman fait face à des poursuites judiciaires dans cinq affaires différentes, dont l'une l'accuse de terrorisme en raison de son rôle présumé de meneur lors des manifestations anti-gouvernementales des Chemises rouges au printemps 2010. L'ancienne star de la pop thaïlandaise, qui avait échappé à la police en avril 2010 en descendant du 3e étage d'un hôtel par sa façade, attaché à un câble, a admis avoir fui le pays le mois suivant à la fin des rassemblements. La Cour pénale a refusé hier après-midi une requête de libération sous caution craignant que le suspect ne s'enfuit à nouveau. Arisman vivait depuis au Cambodge où il aurait travaillé dans une plantation de canne à sucre. Il est également connu pour avoir contraint le gouvernement d'Abhisit Vejjajiva d'annuler le sommet de l'ASEAN en avril 2009, alors qu'il avait fait irruption avec des Chemises rouges dans un hôtel de Pattaya où étaient rassemblés les dirigeants des pays participants.

Y.F jeudi 8 décembre 2011

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale