Samedi 4 décembre 2021
TEST: 2238

Les parlementaires thaïlandais approuvent la loi sur l’avortement

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 27/01/2021 à 00:00 | Mis à jour le 27/01/2021 à 03:11
Photo : Reuters
Parlement-Thailandais

Les parlementaires thaïlandais ont voté en faveur d’un amendement qui décriminalise l'avortement pour les grossesses de moins de 12 semaines mais maintient toutefois des sanctions pour les stades plus avancés. Une décision insuffisante pour les militants pro-choix.

Les sénateurs ont voté lundi soir par 166 voix contre 7 en faveur de la modification d'une loi qui décriminalise l'avortement avant 12 semaines, soutenant un projet visant à lutter contre les avortements clandestins.

En novembre, le cabinet thaïlandais, qui rassemble les principaux ministres du gouvernement, avait approuvé un projet d’amendement des articles 301 et 305 du code pénal qui criminalisent l’avortement.

L'amendement, qui fait suite à une décision de la Cour constitutionnelle en février dernier ayant jugé que la criminalisation de l'avortement était inconstitutionnelle et violait les droits humains, a été adopté la semaine dernière par la chambre basse .

L'article 305 stipulait jusqu'ici qu'une grossesse en Thaïlande ne pouvait être interrompue légalement que si la santé physique ou mentale d'une femme était en danger, si le fœtus présentait un risque élevé de maladie génétique ou en cas de viol et pour des filles de moins de 15 ans.

L'amendement ajoute la possibilité d’avorter jusqu’à 12 semaines si la mère insiste pour le faire. Il inclut aussi la possibilité d’avorter si un médecin agréé estime qu'il existe un risque élevé de déficience grave pour le fœtus, de danger pour la vie de la mère, ou si la grossesse résulte d'un viol, d'une tromperie ou d'une contrainte.

En ce qui concerne l'article 301, qui prevoyait qu'une femme ayant procédé à un avortement encourait jusqu'à trois ans de prison ou une amende de 60.000 bahts (1.600 euros), l'amendement reduit la peine à six mois d'emprisonnement maximum et une amende ne dépassant pas 10.000 bahts ou les deux.

"Cela signifie que l’avortement est conditionnel et ne peut être pratiqué que par des médecins conformément à la loi", a déclaré le sénateur Wanlop Tangkhananurak à Reuters.

Cependant, des militants pro-choix ont déclaré que le maintien des sanctions perpétue la stigmatisation de l'avortement.

"Nous voulons que toutes les sanctions soient révoquées parce que c'est le droit d'une personne d'avorter sans être punie", a déclaré à Reuters Nisarat Jongwisan, conseillère et activiste de Tam Tang, un groupe pro-choix.

"Les sanctions vont empêcher certaines femmes d'accéder à des services sûrs et terniront également leur dignité", a-t-elle déclaré.

0 Commentaire (s) Réagir