Jeudi 12 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les catholiques de Thaïlande perpétuent près de 5 siècles de tradition

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 20/11/2019 à 00:00 | Mis à jour le 20/11/2019 à 04:00
Photo : REUTERS / Soe Zeya Tun - Des catholiques prient dans l'église Santa Cruz de Bangkok, quelques jours avant la visite du pape François en Thaïlande
Eglise-Santa-Cruz-Bangkok

La dernière fois que Vararunee Khonchanath s’est trouvée en présence d'un pape, c'était il y a un peu plus de 35 ans, alors qu’elle n’avait pas encore poussé son premier cri. Mais quand le pape François viendra à Bangkok cette semaine pour bénir la toute petite minorité catholique de Thaïlande, elle chantera au sein de la chorale.

Catholique de sixième génération, d'ascendance portugo-thaïlandaise, Vararunee vit dans une communauté vieille de 250 ans et aussi ancienne que la capitale thaïlandaise. Lors de la précédente visite papale, en 1984, la mère de Vararunee, alors enceinte d’elle, faisait partie de la congrégation.

"J'étais dans le ventre de ma mère lorsqu’elle a assisté à la messe à l’occasion de la visite en Thaïlande de Sa Sainteté Jean-Paul II", déclare Vararunee.

Lors de sa venue, du 20 au 23 novembre, le pape François célébrera lui aussi la messe à la cathédrale de l'Assomption, dans le centre de Bangkok, à deux pas de l’ambassade de France.

L’ancien royaume de Siam, très majoritairement bouddhiste, abrite un peu plus de 380.000 catholiques dans un pays de plus de 65 millions d'habitants.

Eglise-Bangkok-Thailande
Un homme court près de l'église de Santa Cruz à Bangkok (REUTERS / Soe Zeya Tun)

Missionnaires, commerçants

Selon les historiens, plus de 70% des catholiques en Thaïlande auraient, comme Vararunee, des origines étrangères.

Le catholicisme est arrivé pour la première fois au Siam au milieu du XVIe siècle avec des missionnaires et des commerçants portugais.

Le Vatican a officiellement créé sa "Mission de Siam" il y a 350 ans sous le règne du roi Narai, un anniversaire qui coïncide avec la visite du pape François qui commence aujourd’hui mercredi.

Même si les missionnaires ne sont pas parvenus à convertir les Siamois en masse, ils étaient largement tolérés par la majorité bouddhiste, en particulier par la cour royale.

"Par le passé, de nombreux catholiques du Japon et du Vietnam ont émigré sur cette terre pour échapper aux persécutions religieuses", explique Puttipong Puttansri, historien aux Archives de l'archidiocèse de Bangkok.

Les catholiques ont construit au fil des ans des écoles et des hôpitaux, et certains sont aujourd’hui des établissements renommés du royaume.

"Pour beaucoup de Thaïlandais, le catholicisme est synonyme d'écoles", souligne Puttipong.

Catholique-Eglise-bangkok
Des catholiques prient dans l'église de Santa Cruz à Bangkok (Photo REUTERS / Soe Zeya Tun)

Martyre

Mais l’histoire des chrétiens du Siam comporte des épisodes de persécutions religieuses. À la fin du XVIIe siècle, des prêtres catholiques ont été arrêtés et certains d'entre eux tués parce qu'ils étaient soupçonnés de collaborer avec la France à la colonisation du pays.

La même forme d’hostilité a resurgi dans les années 1940 lorsque le gouvernement ultra-nationaliste de l’époque est entré en conflit avec la France présente en Indochine.

Les tensions à l’époque avaient débouché sur la fermeture d'écoles, la confiscation de propriétés et l'arrestation de certains membres du clergé.

En 1940, sept catholiques, dont trois adolescentes, furent tués par la police thaïlandaise dans la province de Nakhon Phanom, dans le nord-est du pays. Le pape Jean-Paul II les déclara plus tard martyrs.

gateau-kudichin-portugais-thailande
Un Thaïlandais catholique du quartier Kudi Chin travaille dans une boulangerie près de l'église de Santa Cruz à Bangkok, Thaïlande (photo REUTERS / Soe Zeya Tun)

Paix et pâtisseries

De nos jours, la Thaïlande est très tolérante envers les catholiques.

Les catholiques de la communauté historique Kudi Chin à Bangkok, au bord du fleuve Chao Praya, vivent ici en paix tout en maintenant leurs traditions et leurs croyances.

Le quartier est connu non seulement pour l'église Santa Cruz, qui symbolise le cœur de la petite communauté catholique, mais aussi pour son fameux petit gâteau traditionnel d'influence portugaise.

Pour les fidèles comme Vararunee, la visite papale met en lumière leur communauté et leur foi.

"Je suis très fière que nous parvenions à conserver nos racines", dit-elle.
 

0 Commentaire (s)Réagir