TEST: 2238

Les 100 ans de l’Alliance française de Bangkok

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 10/02/2012 à 00:00 | Mis à jour le 18/10/2018 à 04:08
Photo : LPJ Bangkok.com - Pour son centenaire, l'Alliance française de Bangkok a sorti un calendrier avec des photos retraçant son histoire. Ici une vue aérienne de Sathorn, en 1946, où l'on aperçoit la maison de bois de l'Alliance en bas à gauche
Centenaire Alliance francaise Bangkok

L'Alliance française de Bangkok a cent ans cette année. Cent ans d'histoire qui ont transformé une petite association de Français, de francophones et de francophiles, en l'un des centres culturels les plus actifs et passionnés du royaume passant de trois chambres louées dans un hôtel à un bâtiment niché entre les gratte-ciels de Sathorn, bientôt remplacé par un espace lumineux à Lumpini

Tout a commencé à Paris, le 21 juillet 1883. Un petit groupe de personnes se réunit au Cercle Saint Simon sous la présidence de l'Ambassadeur Paul Cambon pour créer une association dont le but n'était rien moins que de rendre son rang sur la scène mondiale à la France, association qui n'aurait pour toute arme que la langue. L'Alliance française, qui se donnait pour objectif de "maintenir et étendre l'influence de la France par la propagation de sa langue dans les colonies et à l'étranger" était née.

Une séance inaugurale à l'Hôtel Oriental

La création en 1912 de l'Alliance française de Bangkok résulte d'efforts qui se sont prolongés sur plus de 10 ans.

En effet, une première association regroupant les Français du Siam voit le jour en 1898, sous la direction du Chargé d'Affaires de la France, et compte aussi bien les propriétaires de sociétés industrielles que de nombreux commerçants chinois. Mais cette association disparut rapidement.

L'on sait, d'après une lettre d'un voyageur français au Siam que notre langue était enseignée "un peu, aux côtés de l'anglais, beaucoup" chez les Pères de l'Assomption et les Dames de Saint-Maur, ce qui poussa, dès 1899, M. Fontaine, Inspecteur des Ecoles et membre du Comité de l'Alliance française de Saigon, à écrire au Gouvernement Général de l'Indochine pour demander la création au Siam d'une école qui serait subventionnée par l'Alliance française.

Une annonce du 6 septembre 1912 dans le Bangkok Times annonça la création de l'Alliance, comptant déjà une cinquantaine de membres, ouverte sans distinction "à tous ceux qui parlent français" et dont les bureaux et la bibliothèque devaient être situés à l'Hôtel Oriental. Et c'est le 8 mars 1913 dans trois pièces louées à l'Hôtel Oriental pour la somme de 60 ticaux par mois que se tînt la séance inaugurale, suivie d'une représentation du Médecin malgré lui

Des débuts délicats

Les premières années de la Grande Guerre furent difficiles. L'association ne compte plus que vingt-cinq membres, entre les Français mobilisés, et les Allemands et Autrichiens radiés de l'association.

Avril 1926 marque le grand tournant dans la vie de l'association. Elle déménage enfin Thanon Poh Yome, dans une maison appartenant au Gouvernement Général de l'Indochine, achetée en 1901 à un négociant français nommé Arthur Jourdan, maison en bois sur pilotis, semblable à tant d'autres sur une avenue idyllique, bordée de jardins, et traversée en son centre par le Khlong Poh Yome qui lui donnait son nom. Travaux divers, modernisations, eau courante, électricité, aménagement de la bibliothèque : l'Alliance est enfin chez elle, au 29 Sathorn Tai actuel, et s'installe.

En 1929, on inscrit 80 étudiants aux cours de français. Des noms illustres, Coedès, les Princes de Songkhla, de Sukhodaya, de Nagara Svarga composent les Comités successifs, aux côtés d'autres, oubliés. Puis vient la période où le monde entier s'embrase, les archives se taisent jusqu'à l'année 1952, et le Siam est devenu Thaïlande. Les cours deviennent payants ("mais des bourses exceptionnelles pourront être accordées") et les professeurs testent les cours enregistrés sur disques. Une petite école pour enfants francophones s'installe dans un espace aménagé sous le bâtiment, entre les pilotis, puis, petit à petit, investit les salles du bâtiment au gré de leur disponibilité.

Les efforts financiers du ministère des Affaires étrangères

Mais l'Alliance, explose entre les murs de cette maison "touchante, certes, par son ancienneté" mais vétuste et exigüe, et ne peut plus faire face à son succès grandissant.

1962 : une lettre de Marc Blancpain, Secrétaire-Général de l'Alliance française de Paris annonce que grâce à ses efforts conjugués à ceux de l'Ambassade de France en Thaïlande, des crédits exceptionnels ont été alloués par la Direction Générale Culturelle, Artistique et Technique du Ministère des Affaires Etrangères : 50 millions de francs "lourds", une véritable fortune ! Un bâtiment moderne, qui accueille plus de 1.000 étudiants, est inauguré en 1966.

Puis, en 1972, elle fête ses 60 ans, en présence de sa Majesté le Roi Rama IX lui-même, preuve de l'attachement de la famille royale à la langue et la culture françaises. Cette même année, s'ouvre l'antenne de Chiang Mai : l'Alliance française rayonne désormais jusque dans le nord du royaume.

En 1982, pour fêter ses 70 ans, nouvelle transformation : un auditorium, une cafétéria et une galerie, inaugurés par Son Altesse Royale la Princesse Galyani Vadhana Krom Luang Naradhiwas Rajanagarindra, sour de Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej et Présidente de l'Association Thaïlandaise des Professeurs de Français (ATPF).

Avec sa librairie, son magazine trimestriel, ses cours de langue accueillant plus de 3.000 étudiants et ses activités culturelles, l'Alliance française de Bangkok est devenue l'un des plus remarquables ensembles culturels d'Asie du Sud-Est. Les services culturels de l'Ambassade de France, viennent bientôt partager le site, suivis du Lycée français.

La Fête, collaboration fructueuse avec l'Ambassade

En réponse à une forte demande de cours et de formation professionnelle, deux autres antennes sont créées, Phuket en 1988 et Chiang Rai en 1991. Le Club des Partenaires, qui apporte son indispensable soutien aux manifestations culturelles, qu'elles soient pièces de théâtre, concerts ou expositions, est fondé en 1998.

1999 voit les débuts du Centre d'Art International tandis que l'offre de cours se modernise, se diversifie, passant de l'audiovisuel au multimédia.

En l'an 2000, l'Alliance compte 320 membres actifs, et 1.800 étudiants, le magazine "Le Programme" est tiré aujourd'hui à 12.000 exemplaires. Le Lycée français, qui jouxtait l'Alliance, déménage, et offre toutes ses salles de cours, permettant un nouvel afflux d'étudiants. Des cours de langue thaïlandaise sont désormais proposés aux Français de la capitale, et c'est là encore un succès.

L'Ambassadeur Laurent Aublin lance La Fête en 2004 offrant l'occasion d'une collaboration fructueuse avec les services culturels de l'Ambassade de France, transformant un voisinage amical en une véritable synergie. Bataille hip-hop, Fête de la Musique, concert symphonique, théâtre de rue, etc. Qu'on est loin des tableaux vivants et des bals d'antan.

Adieu Sathorn, bonjour Lumpini

2012 : l'Alliance fête ses 100 ans, et dira adieu à Sathorn et à tous ces souvenirs. Construit grâce à la générosité renouvelée de la France et l'appui du Crown Property Bureau, un nouveau bâtiment ouvrira à l'automne : une nouvelle Alliance pour un nouveau siècle d'existence. Un espace, beau, fonctionnel, lumineux, situé à côté du Parc Lumpini, pour faire rayonner cent ans et plus encore l'esprit si singulier des Alliances françaises, et, comme dans le passé, tisser toujours plus étroitement les liens entre nos pays et nos cultures.

Le petit groupe de personnes réunies sous leurs neuf lampes et leurs deux ventilateurs à l'Hôtel Oriental pouvait-il imaginer l'exceptionnel destin de l'Alliance qu'il a fondée ? 

Texte tiré du livre présenté lors de la soirée de Gala samedi des 100 ans de l'Alliance française

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale