TEST: 2238

L'économie thaïlandaise en récession après le pire trimestre en 8 ans

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 19/05/2020 à 02:35 | Mis à jour le 16/06/2020 à 01:16
Photo : REUTERS / Athit Perawongmetha - Des Thaïlandais affectées par les restrictions contre le COVID-19, font la queue pour obtenir de la nourriture gratuite dans des garde-mangers installés dans des quartiers de Bangkok
Economie-Thailande-Recession-Covid

L'économie thaïlandaise a enregistré au premier trimestre une contraction inédite en huit ans, poussant la deuxième économie d'Asie du Sud-Est en récession plus tôt que prévu dans le contexte du Covid-19 qui a lourdement affecté le tourisme et l'activité domestique.

L'agence de planification thaïlandaise, qui a publié lundi les statistiques de janvier à mars, a abaissé ses prévisions concernant le produit intérieur brut (PIB) 2020, prévoyant désormais une contraction de 5,0 à 6,0% pour l'année alors qu’elle visait en février une croissance de 1,5% à 2,5%.

Il s'agirait de la contraction la plus forte depuis 1998, lors de crise financière asiatique.

L'économie a reculé de 1,8% au premier trimestre par rapport à l'année précédente, soit la contraction la plus marquée depuis le quatrième trimestre de 2011, année d’inondations historiques.

"L'impact dû à l'épidémie au 2e trimestre sera beaucoup plus important qu'au premier", a déclaré Phacharaphot Nugtramas, économiste à la Krung Thai Bank, qui prévoit pour sa part que l'économie reculera de 8,8% cette année.

L'impact des mesures de confinement, même s’il s’est quelque peu atténué, continuera à affecter les dépenses des ménages et l'investissement privé pour le reste de l'année, a-t-il ajouté.

L'agence de planification a révisé le PIB trimestriel d'octobre-décembre à la baisse, prévoyant une contraction de 0,2 contre une croissance 0,2% prévue précédemment, ce qui signifie que l'économie est entrée dans une récession technique.

Le pire encore à venir

C’est au deuxième trimestre que l'économie ressentira le plus durement les effets du confinement, a déclaré Thosaporn Sirisumphand, chef du Conseil national de développement économique et social (NESDC), lors d'un point presse.

"Il devrait y avoir une reprise en U", a-t-il dit, ajoutant que les touristes étrangers pourraient être autorisés à revenir au troisième ou quatrième trimestre.

Dimanche, la Thaïlande a ouvert les centres commerciaux et les grands magasins pour la première fois depuis mars dans sa deuxième phase d'assouplissement des restrictions à la faveur d’un bilan quasi nul de nouveaux cas de coronavirus.

Le gouvernement a prolongé l'interdiction des vols de passagers jusqu'à fin juin pour tenter d'enrayer la propagation, qui a infecté plus de 4 millions de personnes dans le monde et seulement 3.031 personnes dans le pays.

L'agence de planification a également réduit ses projections concernant les exportations ainsi que le nombre de touristes étrangers, les principaux moteurs de la croissance thaïlandaise.

La Thaïlande s'attend maintenant à une baisse des exportations de 8% cette année, contre une hausse de 1,4% prévue auparavant, et elle estime que le nombre de touristes étrangers cette année ne devrait pas dépasser les 12,7 millions – le royaume a accueilli 39,8 millions de visiteurs l'année dernière.

Cependant, le chef du NESDC estime que l'emprunt gouvernemental de 1.000 milliards de bahts (28,62 milliards d’euros) devrait permettre d’atténuer l’impact.

La plupart des économistes s'attendent à ce que la banque centrale abaisse encore cette semaine son taux directeur qui est déjà au niveau record de 0,75%.

"Avec des perspectives très médiocres de croissance à court terme et de reprise, la Banque de Thaïlande devrait encore assouplir sa politique monétaire mercredi. Nous avons prévu une baisse de 25 points de base, pour atteindre le niveau record de 0,5%", a indiqué Capital Economics dans une note.

"Dans l'ensemble, nous pensons que l'économie se contractera de 9% cette année, ce qui serait même pire que pendant la crise financière asiatique."

Au premier trimestre, le nombre de touristes étrangers a chuté de 38% par rapport à l'année précédente, tandis que l'investissement privé a chuté de 5,5% et l'investissement public a chuté de 9,3%. La consommation privée a augmenté à un rythme plus lent de 3%.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale