Jeudi 19 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le tourisme thaïlandais à la peine

Par Agence France Presse | Publié le 21/08/2019 à 00:00 | Mis à jour le 21/08/2019 à 00:00
Photo : LPJ Bangkok.com
Avion-Tourisme-Thailande

Après des années de progression, le secteur du tourisme, vital pour l'économie thaïlandaise, montre des signes d'essoufflement, pénalisé par une baisse des visiteurs chinois et l'appréciation de la monnaie locale qui rend les vacances plus chères dans le royaume.

Le pays a accueilli 19,8 millions de touristes sur les six premiers mois de 2019, une quasi-stagnation (+1,48%) par rapport à la même période de 2018, d'après les données du ministère du Tourisme.

A titre de comparaison, la fréquentation étrangère avait bondi de 9% de 2016 à 2017 et de plus de 7% de 2017 à 2018.

Les touristes chinois, première clientèle étrangère en Thaïlande, boudent le royaume (-5% sur un an au premier semestre) depuis le naufrage en juillet 2018 d'un bateau à Phuket dans lequel 47 ressortissants du pays ont trouvé la mort.

Cette catastrophe avait mis en lumière des défaillances dans les conditions de sécurité de certains opérateurs en Thaïlande, soulevant des craintes en Chine.

En cause aussi le baht thaïlandais, qui s'est apprécié de près de 5% depuis le début de l'année face au billet vert et de 8% face au yuan chinois.

"Cela a bien sûr un effet". Les touristes "préfèrent aller au Vietnam, en Malaisie, à Singapour ou en Indonésie", relève Wichita Propergol, président de l'Association des agents de voyage thaïlandais, sollicité par l'AFP.

Pour tenter d'enrayer l'essoufflement du secteur, contributeur vital pour l'économie du pays, les autorités ont annoncé la semaine dernière un plan de relance de 10 milliards de dollars, en partie destiné au tourisme.

Elles envisagent aussi d'introduire un programme d'exemption de visa à destination des visiteurs chinois et indiens, leur permettant de séjourner librement dans le pays jusqu'à 15 jours.

"Cette mesure facilitera encore la venue des clients en provenance de ces deux principaux marchés", a déclaré Chattan Kunjara Na Ayudhya de l'autorité du tourisme.

Bien que les sites les plus populaires ne soient pas aussi fréquentés que d'habitude, la Thaïlande reste une destination toujours appréciée pour ses plages, sa gastronomie et ses nombreux centres commerciaux.

Et les ressortissants de certains pays affluent dans le royaume.

Le contingent de touristes indiens a ainsi bondi depuis l'année dernière (+24% sur un an au premiers semestre 2019), atteignant près d'un million.

Le ministère thaïlandais du Tourisme prévoit la venue de quelque 40 millions de visiteurs étrangers cette année.

Nous vous recommandons

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

SPREX64 jeu 22/08/2019 - 09:06

Bonjour, Il serait de bon ton d'indiquer vos sources ........car votre commentaires souffrent de quelques omissions ou d'erreur Il existe à l'autorité Thaïlandaise MOT des analystes dans le domaine et je peux vous affirmer qu'ils sont doués dans le sujet .. Cordialement

Répondre
Commentaire avatar

Pipo. mer 21/08/2019 - 08:07

Les touristes chinois qui viennent en thailande , sont pour beaucoup des gens du peuple ,qui decouvrent un autre pay que le leur. Se deplacants en groupe pour la premiere fois de leur vie.bien pour eux.mais ne depensent que tres peu d'argent en thailande.les Indiens eux sont plutot interessez par le tourisme sexuel d'apres moi.Enfin le taux de change actuellement en 2019 n'est pas tres favorable a la frequentation de ce beau pays.

Répondre

Vivre en Thaïlande

GASTRONOMIE

Guide de survie du végétarien en Thaïlande

En Thaïlande, la plupart des plats contiennent de la viande ou du poisson, pourtant contrairement à beaucoup d’idées reçues, suivre un régime végétarien n’y est pas plus compliqué qu’en Europe.

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l