TEST: 2238

Le tourisme culturel thaïlandais perfectionne son français

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 10/01/2008 à 01:00 | Mis à jour le 03/01/2019 à 06:21
Photo : Photo Jean-Louis Duzert
guide francophone thailande

La richesse et le raffinement de la culture et de la civilisation thaïe méritaient d'avoir des professionnels qualifiés capables de les faire connaître aux visiteurs francophones, de plus en plus nombreux en Thaïlande. C'est dans cet esprit qu'a été créé cette année un Master de français pour le Tourisme Culturel à l'université de Silpakorn de Bangkok

Le nombre de visiteurs francophones est en constante augmentation, d'après les chiffres de l'Office de tourisme thaïlandais. Parmi ceux-là, plus de 321.000 Français se sont déplacés en Thaïlande en 2006, tant pour profiter de sa nature luxuriante, que pour en savoir davantage sur ce pays qui regorge de trésors historiques.

Or, aucun établissement d'enseignement supérieur n'offrait jusque là de formation hautement qualifiante dans le domaine du tourisme, permettant la prise en charge de ces visiteurs dans leur langue maternelle, le français. C'est à partir de ce constat que l'équipe enseignante, dirigée par le Professeur Sodchuen Chaiprasathna de l'université de Silpakorn, et composée d'une dizaine d'universitaires thaïlandais et français a pris l'initiative de créer un cursus de 2ème cycle. Après plus d'un an de travail et l'obtention de toutes les approbations des nombreux comités de validation, le Master de français pour le Tourisme Culturel est désormais ouvert aux inscriptions.

Des horaires adaptés aux étudiants actifs

La formation propose deux spécialisations, l'une professionnelle orientée vers les métiers du tourisme et une deuxième ciblée sur la recherche universitaire. Les enseignements seront dispensés en français : "Nous trouvions que le niveau des étudiants thaïlandais en français était insuffisant et peu d'entre eux ont les moyens de s'offrir des voyages linguistiques ou même une année d'études en France, alors que la pratique de la langue reste indispensable"explique le Professeur Sodchuen Chaiprasathna.
Cependant, bien que le cursus s'adresse en priorité aux étudiants thaïlandais, la formation reste ouverte aux candidatures d'étudiants étrangers, moyennant une participation aux frais de scolarité plus élevée. Les cours, qui débuteront au mois de juin, auront lieu le samedi en journée et le dimanche matin. "[...] Cela permettra aux étudiants d'avoir un travail tout en poursuivant leur formation"précise le Professeur Sodchuen Chaiprasathna. Voir aussi le site Internet du Master de français pour le Tourisme Culturel 

Naïna STAROVEROVA jeudi 10 janvier 2008

Pratique
Le Master de français pour le Tourisme Culturel démarrera le 2 juin 2008. Les intéressés qui ont une licence universitaire et une bonne connaissance du français peuvent poser leur candidature du 19 novembre 2007 au 02 avril 2008. Les dates d'examen d'entrée sont les 3 et 4 mai 2008. Des cours à la carte sont également possibles pour les francophones et les francophiles qui s'intéressent à l'art, la culture et la civilisation de la Thaïlande et de l'Asie du sud-est.
Contact par e-mail : csodchuen@yahoo.fr ou par téléphone au 0-2225 1847 ou 089-796-7987
Site Internet: www.archae.su.ac.th/MAFCT
Université Silpakorn Bangkok, Faculté d'Archéologie
Rue Na Phra Lan, Bangkok 10200
Tel : 0-2225-1847, 0-2623-6115 ext. 1150

Des partenaires publics et privés prestigieux
Le cursus bénéficie du soutien actif de plusieurs partenaires français et thaïlandais, dont l'Office de tourisme thaïlandais (TAT - Tourism Authority of Thailand) et plusieurs musées nationaux, ainsi que le Bureau de Coopération pour le français (BCF), le service culturel de l'Ambassade de France et l'Ecole française de l'Extrême-Orient (EFEO). La TAT notamment, délivrera son certificat de guide-interprète aux étudiants de nationalité thaïlandaise titulaires de la maîtrise, seuls à pouvoir exercer ces métiers dans le pays. Quant au service culturel de l'Ambassade de France, il subventionne entre autres l'acquisition de livres d'étude, l'élaboration et la publication de manuels. Des partenariats avec des entreprises privées ont aussi été signés pour la réalisation des stages obligatoires et pour faciliter l'insertion professionnelle.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale