Le renvoi du rédacteur en chef du Bangkok Post fait jaser

Par Camille THOMASO et Sophie GOUSSET | Publié le 16/05/2018 à 05:48 | Mis à jour le 17/03/2020 à 07:37

Le rédacteur en chef du quotidien Bangkok Post, Umesh Pandey, a été démis de ses fonctions lundi dernier, comme il l’annonçait sur son compte Facebook. Même si le journaliste conserve un poste au sein de la rédaction, sa ligne éditoriale relativement critique est muselée. 

Viré de son poste de rédacteur en chef le 14 mai dernier, mais conservant un poste dans l’entreprise, Umesh Pandey, journaliste de profession, s’est expliqué sur sa page Facebook après avoir reçu de nombreux messages de soutien. 

Indirectement, Umesh Pandey fait référence à sa ligne éditoriale, relativement critique à l’égard du gouvernement, comme cause de ce renvoi. Au cours de ses 22 mois de fonction, armé de son équipe d’une soixantaine de personnes, le rédacteur en chef avait fait le choix de traiter des sujets percutants. Il ciblait notamment les prochaines élections législatives de 2019 et avait créé une rubrique perturbatrice, le "Poll Countdown". 

Après avoir refusé l’ordre de "baisser le ton", c’est 60 jours avant la fin de son contrat que l’éditorialiste a été démis de sa fonction.

Face à cette nouvelle, nombreuses ont été les réactions sur les réseaux sociaux. Parmi ces élans de soutien, le cartooniste français Stephff, qui publie notamment dans le quotidien The Nation, a posté sur son compte Facebook un dessin dénonçant l’emprise des officiels sur les rédacteurs en chef des médias thaïlandais. 

D’un autre côté, certaines personnes appellent à l’intervention de l’Association des Journalistes Thaïlandais (TJA), qui n’a, pour le moment, pas réagi à l’affaire.

Le journal Khaosod fait toutefois entendre le point de vue de collègues d’Umesh Pandey et de la direction suggérant que la décision de le démettre de sa fonction pourrait provenir d’un mauvais management de sa part.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale