TEST: 2238

LAOS - La dignité des peuples de l'ASEAN insultée par la disparition de Sombath

Par Eric DESEUT | Publié le 11/01/2013 à 00:00 | Mis à jour le 13/03/2019 à 05:24

C'est à l'échelle de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est que les défenseurs des droits de l'Homme thaïlandais ont désormais choisi d'évoquer la disparition de Sombath Somphone.

On est toujours sans nouvelles de ce directeur d'une organisation non gouvernementale laotienne depuis que sa jeep a été stoppée le 15 décembre 2012 devant un poste de police à Vientiane. Selon Jon Ungphakorn, il faut en finir avec le principe de non-ingérence qui préside aux relations entre les membres de l'ASEAN. Et pour Angkhana Neelapaijit, épouse du président de l'association des avocats musulman disparu en 2004 à Bangkok "les cas de Sombath et de mon mari sont similaires: un avertissement à tous ceux qui défendent les droits des autres". Si Sombath est réputé pour son approche plus pragmatique que provocatrice, il n'en a pas moins donné une voix aux paysans laotiens dont l'accès aux terres communales est de plus en plus menacé par les grands projets d'infrastructures et les concessions accordées à des sociétés étrangères. Et début novembre 2012, le sommet Europe Asie organisé dans la capitale laotienne a constitué une caisse de résonance pour cette prise de parole de la société civile. Bien que Sombath ait travaillé en collaboration avec des agences du gouvernement qui nie toute implication dans sa disparition, il n'est pas dit que l'opacité qui caractérise toujours le pouvoir laotien ne cache pas des fractures. Dans le contexte d'une libéralisation croissante des échanges économiques qui pose un dilemme au système de parti unique hérité de la guerre froide, des faucons auraient pu choisir d'adresser un avertissement non seulement aux membres d'une société civile en mal de parole, mais aussi à des membres du parti tentés par une ouverture politique.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale