TEST: 2238

La police veut faire un raid sur les cliniques d'avortement

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 19/11/2010 à 00:00 | Mis à jour le 19/05/2019 à 04:41

Les autorités ont promis de prendre les mesures nécessaires pour retrouver et faire fermer les cliniques d'avortement illégales après la découverte de 348 fœtus entreposés dans un temple de Bangkok, en début de semaine.

Le ministre de la Santé publique, Jurin Laksanawisit, a annoncé hier vouloir cibler 3.900 cliniques qui sont suspectées de pratiquer des avortements, cité par The Nation. L'opération de répression devrait aussi concerner plus largement les établissements qui proposent des services médicaux non autorisés, tandis que les docteurs impliqués pourront voir leur licence révoquée, et être poursuivis en justice, a précisé Jurin. L'un des membres du personnel du temple, Suthep Chabangbon, aurait avoué mercredi à la police avoir pris en charge les foetus envoyés par certaines cliniques d'avortement, en les stockant pour ensuite les détruire dans le four crématoire du temple. Il leur aurait par ailleurs donné de précieux conseils afin de repérer les cliniques situées autour du temple du district de Bang Kholaem. L'avortement n'est toléré en Thaïlande que dans deux cas très précis : si l'accouchement peut être dangereux pour la mère ou si la grossesse est le résultat d'un viol ou d'un inceste. Selon la loi thaïlandaise, les femmes pratiquant l'avortement peuvent être condamnées à 3 ans de prison et/ou à une amende de 6.000 bahts, tandis que ceux prenant en charge l'opération sont passibles de cinq ans de prison et 10.000 bahts d'amende.

vendredi 19 novembre 2010

Lire aussi notre article du 17 novembre 2010, 348 fœtus humains retrouvés dans un temple de Bangkok

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale