La hausse du SMIC renvoie la Thaïlande à la case productivité

Par Eric DESEUT | Publié le 22/11/2012 à 00:00 | Mis à jour le 30/12/2019 à 03:44

Le gouvernement a honoré cette semaine sa promesse de campagne électorale d'une hausse générale du salaire minimum. Celui-ci s'établira donc à 300 bahts par jour sur tout le territoire à compter du 1er janvier 2013.

Depuis le 1er avril 2012, l'augmentation était déjà effective dans 7 provinces: Bangkok, Nonthaburi, Samut Prakan, Samut Sakhon, Nakhon Pathom, Pathum Thani et  Phuket. Compte tenu des disparités régionales, elle sera par exemple significative à Phayao où le salaire minimum est actuellement fixé à 159 bahts par jour. Le président de la Chambre de commerce de la province septentrionale fustige la mesure en n'entrevoyant pas de perspective d'amélioration des compétences. L' amélioration de la compétitivité est au coeur de l'équation posée par l'initiative gouvernementale qui vise notamment à renforcer la demande intérieure dans le contexte du ralentissement économique mondial. "Nous avons décidé de commencer par augmenter les salaires, ce qui devrait encourager le secteur privé à accroître sa productivité" déclarait récemment le ministre de l'économie. Kittiratt Na-Ranong présidera une commission vouée à atténuer les effets de l'augmentation en attendant que des progrès soient enregistrés sur ce chantier au long cours de la productivité. Elle étudiera les demandes de la Fédération thaïlandaise des industries (FTI) qui propose notamment la création d'un fonds spécial pour aider à la modernisation de l'outil productif. Particulièrement inquiète pour les petites et moyennes entreprises, la FTI suggère par ailleurs une réduction des cotisations sociales et des allègements fiscaux. Quant au vice-président de l'Union des chambres de commerce étrangères, il souligne que la Thaïlande perdra de son attractivité alors que la Birmanie s'ouvre aux investisseurs avec une main d'oeuvre jusqu'à quatre fois moins chère. Cité par le Bangkok Post, Marc Spiegel ajoute cite par le Bangkok: "nous sommes favorables à l'augmentation de salaire en théorie, mais elle doit être accompagnée d'une amélioration de l'éducation, de la productivité et de la formation".

Lire aussi notre article du 2 avril 2012 – 300 bahts et des incertitudes
E.D. (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) jeudi 22 novembre 2012

{loadposition 728-2_bangkok-article}
 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale