Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La France se rode sans briller face aux footballeuses thaïlandaises

Par Agence France Presse | Publié le 27/05/2019 à 00:00 | Mis à jour le 27/05/2019 à 02:00
000_1GL53H

La "séance de travail" planifiée à deux semaines du Mondial face à la faible Thaïlande a été remportée (3-0) plutôt laborieusement par une équipe de France fortement remaniée, samedi à Orléans. Les habituelles titulaires, notamment lyonnaises, ont gagné des points sans jouer.

Contre la modeste 34e nation au classement Fifa, qualifiée pour la Coupe du monde (7 juin - 7 juillet) en France, la selectionneure Corinne Diacre a offert du temps de jeu aux "coiffeuses", les remplaçantes des Bleues, peu brillantes pour l'avant-dernier match de préparation.

"Personne n'a marqué de points et personne n'en a perdus. Je connais la valeur de mes joueuses, je sais ce qu'elles peuvent apporter au groupe. Par contre ça va m'imposer quelques réflexions", a reconnu la sélectionneure.

Faire tourner l'effectif était une manoeuvre autant diplomatique que sportive: motiver toutes les joueuses, tester de nouvelles combinaisons et associations, et préserver les Lyonnaises qui, il y a une semaine pile, remportaient leur 4e Ligue des champions d'affilée à Budapest.

Au coup d'envoi, seule Delphine Cascarino, entrée en jeu tardivement contre le Barça samedi dernier, était alignée sur l'aile droite. Ses coéquipières de l'OL Wendie Renard, Griedge Mbock Bathy, Amel Majri, Amandine Henry et même la gardienne Sarah Bouhaddi étaient remplaçantes, tandis que l'attaquante Eugénie Le Sommer était forfait.

Dans ce chamboule-tout, les taulières Gaëtane Thiney et Elise Bussaglia, capitaine du jour, étaient chargées d'encadrer la jeune garde.

Ultra-dominatrices, mais aussi parfois très maladroites, les Bleues ont longtemps manqué le coche avant de prendre le large en seconde période par Bussaglia (60e) justement, puis sur un doublé de l'attaquante parisienne Kadidiatou Diani (78e, 86e) entrée sur le terrain à l'heure de jeu.

- "Pas leur tirer dessus" -

Les Tricolores auraient pu s'imposer plus largement encore, mais elles ont manqué pas moins de deux penalties! Grace Geyoro (71e) a tiré sur la barre transversale et Eve Perisset (83e), également remplaçante au coup d'envoi, a perdu son duel face à la gardienne thaïlandaise.

Pour le reste, elles se sont montrées brouillonnes, surtout en début de rencontre, à l'image de la défenseure Aïssatou Tounkara qui a totalement manqué sa passe transversale (7e) avant d'être prise dans son dos par la capitaine thaïlandaise (14e), dont la frappe est passée à côté du but de Pauline Peyraud-Magnin.

"Est-ce qu'on peut mettre ça sur la fatigue musculaire? Je ne crois pas", a balayé Diacre qui a astreint ses joueuses à une intense préparation physique depuis le début du rassemblement.

Dans de telles conditions, "il faut jouer un peu plus avec sa tête, être plus concentrées, s'appliquer davantage sur des choses simples", a-t-elle asséné avant de lâcher:

"On ne va pas leur tirer dessus, ce n'est pas le moment. L'objectif c'est de continuer à travailler, elles ont quand même su trouver des solutions en deuxième période, c'est l'essentiel."

Avant les trois buts inscrits dans la dernière demi-heure, les Bleues ont fait le siège des Thaïlandaises mais les tentatives de Delphine Cascarino (6e), Valérie Gauvin (17e, 18e) ou encore Bussaglia (41e, 45e+1) n'ont pas fait mouche.

La Bordelaise Viviane Asseyi a bien assuré le spectacle avec un retourné (10e) qui a fait frémir le stade de la Source, avant un nouveau geste acrobatique tout aussi osé (15e), mais la précision n'était pas au rendez-vous. Et quand sa reprise de volée a trouvé le cadre, sur un corner de Thiney, la gardienne adverse a détourné la frappe sur la barre transversale (35e).

Après une journée de repos dimanche, les Bleues reprendront l'entraînement lundi à Clairefontaine avec, dans leur viseur, le dernier match amical de préparation contre la Chine le 31 mai à Créteil.

Le public du stade Dominique-Duvauchelle devrait voir une équipe plus proche de celle qui débutera le Mondial, le 7 juin contre la Corée du Sud au Parc des Princes.

Les spectateurs d'Orléans, eux, n'ont pas eu cette chance...
 

0 Commentaire (s)Réagir