King Power, propriétaire de Leicester City, accusé en Thaïlande

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 16/07/2017 à 22:00 | Mis à jour le 16/05/2022 à 05:02
King-Power

Un responsable thaïlandais anti-corruption a déclaré vendredi qu'il allait engager des poursuites contre King Power, le géant du duty-free qui possède notamment Leicester City Football Club, pour des centaines de millions de dollars pour fraude fiscale.

Charnchai Issarasenarak, qui dirige une commission anti-corruption nommée par la junte, accuse King Power d'avoir sous-déclaré ses revenus pour éviter de payer un seuil de 15% décidé dans un contrat de 2006 lui permettant d'opérer dans les aéroports de Thaïlande.

Ces allégations constituent une procédure rarissime envers un groupe ultra-riche qui domine l'industrie du duty-free thaïlandais et est dirigé par l'un des milliardaires les plus influent du royaume.

"Selon ce contrat? sur les cinq premières années, King Power doit partager 15% de ses revenus avec le gouvernement", a indiqué Charnchai à l'AFP.

Mais il soupçonne une collusion de l'entreprise la société Airports of Thailand (AOT) pour réduire ses revenus déclarés depuis 2008, "prétextant une économie paralysée" pour éviter de payer la somme complète.

Charnchai a expliqué qu'il intentait ces poursuites au nom d'une minorité d'actionnaires d'AOT qui était lésée par la corruption supposée qui aurait causé selon lui "plus de 10 milliards de bahts (environ plus de 260 millions?) en dommages".

Il a confirmé que le fondateur de King Power, Vichai Srivaddhanaprabha, serait désigné comme suspect dans sa dernière action en justice ? l'un des cinq dossiers que son équipe juridique prépare contre le géant du duty-free.

Une poursuite antérieure - également intentée par Charnchai - accuse 14 responsables d'AOT et des douanes, ainsi que des cadres de King Power, de collaborer pour collecter seulement 3% du revenu annuel du géant au lieux des 15% contractuels.
"Cela a causé quelque 14 milliards de bahts (360 millions?) de pertes à l'Etat", a-t-il dit, expliquant que l'action en justice n'était pas motivée par un "conflit personnel, mais pour l'intérêt général".

Mauvaise Publicité

Le tout nouveau tribunal anti-corruption décidera d'accepter ou non les dossiers dans les prochains jours. La société Airports of Thailand se défend de tout méfait. "AOT a réussi à géré soigneusement le contrat tout en préservant les intérêts de l'Etat et des actionnaires" a fait savoir AOT dans un communiqué diffusé le 7 juillet.

King Power ne souhaite pas commenter, préférant renvoyer vers les déclarations de l'AFP ou d'AOT. Mais les actions en justices vont faire une mauvaise publicité à King Power et son fondateur Vichai.

Joueur de polo, Vichai Srivaddhanaprabha fréquente régulièrement des célébrités et l'élite ultra-fortunée du royaume. Sa réputation de décideur habile a connu une embellie en 2016 lorsqu'il a remporté la Coupe de la Ligue anglaise avec le petit club de Leicester City, loin d'être favori de la compétition.

Vichai Srivaddhanaprabha a habillement évité le dangereux monde politique thaïlandais ces dernières années, supervisant la hausse des profits de son empire de King Power. 
Il a amassé une fortune estimée à 2.9 milliards de dollars (2,5 milliards?) depuis la création de King Power en 1989 ? lorsqu'il n'avait qu'une seule boutique à Bangkok.

King Power a obtenu l'exclusivité du duty-free à l'aéroport Suvarnabhumi de Bangkok en 2006, avec un marché captif de dizaines de millions de voyageurs. L'entreprise a maintenant un quasi-monopole de ventes en duty-free dans les principaux aéroports de Thaïlande, en plus d'un centre commercial satellite nourri par des touristes chinois.

En 2007, un an après que l'ex-premier ministre Thaksin Shinawatra, l'ancien propriétaire de Manchester City, avait été déposé par un coup d'Etat, Vichai a dû repousser des démarches juridiques visant à briser son monopole sur le duty-free.

Il appartient désormais à l'establishment royaliste qui a renversé Thaksin. Sa famille a reçue son nom royal en 2013 - un honneur hautement symbolique dans un royaume où les connections comptent.
Avec AFP lundi 17 juillet 2017

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale