JUSTICE - Peine de mort pour un Espagnol en Thaïlande pour le meurtre d'un compatriote

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 22/04/2017 à 22:00 | Mis à jour le 26/09/2018 à 04:40

Un tribunal thaïlandais a condamné à mort un Espagnol vendredi pour le meurtre horrible de l'un de ses compatriotes dont le corps avait été retrouvé l'an passé démembré dans le fleuve Chao Phraya qui traverse Bangkok.

Artur Segarra, 38 ans, a été reconnu coupable de l'enlèvement et de l'assassinat de David Bernat, un homme d'affaires de 40 ans, dans le but de lui dérober plusieurs dizaines de millions de bahts.
    
"Les taches de sang et les empreintes digitales sur le broyeur électrique (de Segarra) portent des traces ADN qui correspondent à celui de la victime", a indiqué le juge, ajoutant que les vidéos des caméras de surveillance et le témoignage de l'ex-petite amie de l'accusé permettaient également de l'impliquer.

La police estime que Segarra a retenu Bernat dans son appartement de Bangkok pendant plusieurs jours et a essayé de lui extorquer de l'argent avant de l'assassiner puis de disperser son corps découpé en morceaux dans le fleuve.

L'accusé, qui a nié toutes les charges, est apparu calme lors de la lecture du verdict. L'avocat d'Artur Segarra a indiqué à la presse que son client allait faire appel et qu'il "se défendrait jusqu'au bout".

Lorsqu'il est arrivé au tribunal, il a levé son bras pour montrer l'une des sept paroles de Jésus en croix issue de la Bible qu'il avait écrite sur la paume de sa main : "Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font".
    
Bien que la peine de mort soit toujours en vigueur en Thaïlande, la dernière fois que cette sentence a été appliquée remonte à 2009 lorsque deux hommes, condamnés pour trafic de drogues, ont été exécuté par injection létale.

D'après les organisations de défense des droits de l'homme, il y a plus de 600 prisonniers, dont une cinquantaine de femmes, condamnés à mort en Thaïlande - la plupart pour trafic de drogues. Mais cette peine est souvent transformée en prison à vie après grâce royale.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale