La junte thaïlandaise augmente encore le budget de la défense

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 08/06/2018 à 00:00 | Mis à jour le 13/01/2022 à 10:45
Photo : Pierre QUEFFELEC (archives)
Soldats-repression-manifs-Thailande

La junte thaïlandaise a dévoilé jeudi un budget défense de 8,9 milliards d’euros pour l’année fiscale 2019, soit augmentation de plus de 60% par rapport à 2014, lorsque les militaires ont pris le pouvoir.

La junte militaire thaïlandaise a de nouveau augmenté le budget de la défense du royaume, annonçant jeudi une enveloppe de 335 milliards de bahts soit 8,9 milliards d’euros pour l’exercice 2019. 

Les dépenses militaires n’ont cessé d’augmenter ces douze dernières années, après le retour des militaires sur le devant de la scène politique, le budget de la défense ayant triplé depuis 2006, avec une hausse particulièrement forte depuis le coup d’Etat de 2014.

Dans le budget que la junte vient de proposer à l'Assemblée qu'elle a elle-même nommée, un peu plus de 6 milliards d’euros seront alloués à la défense, soit 1 milliard de plus qu’il y a quatre ans. En plus de cette enveloppe, les militaires prévoient 2,6 milliards d’euros de dépenses de sécurité pour gérer les "nouvelles menaces”, assurer le maintien de "l’ordre et de la paix intérieurs", prévenir les crimes transnationaux et les cybers attaques et bien entendu protéger la monarchie.

Le montant total du budget global est de 80 milliards d'euros et le plus gros poste est celui de l'éducation avec près 13,5 milliards d'euros alloués.

Pour Paul Chambers, spécialiste de politique thaïlandaise à l'Université de Naresuan, ce dernier budget défense pourrait servir à "construire et promouvoir" un parti politique soutenu par l'armée pour le prochain scrutin. 

"Après tout, dans le passé de la Thaïlande, les militaires ont utilisé le budget de la défense de cette manière", rappelle-t-il. 

Bien qu’il ait toujours refusé l'étiquette de politicien, le chef de la junte, Prayuth Chan-O-Cha campe bien plus aujourd’hui le rôle de l’homme politique que celui du militaire, effectuant des tournées promotionnelles à travers le royaume et à l’étranger, à quelques mois d'élections générales, promises pour début 2019. 

La vie politique reste pour l'instant toujours interdite en Thaïlande, empêchant les partis de faire campagne et laissant les coudées franches à Prayuth.

L'armée thaïlandaise a de nombreuses fois défrayé la chronique ses dernières années avec ses achats à grands frais d'équipements dont l'utilité ou du moins l'efficacité posent souvent question.

Et cette énième augmentation des dépenses militaires arrive à un moment ou la réputation de la junte, qui s’était présentée en 2014 comme la solution pour éradiquer la corruption endémique du royaume, a beaucoup souffert d’une série de scandales retentissants impliquant des personnalités de haut niveau du régime.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale