TEST: 2238

FESTIVAL – Bangkok fait son cinéma

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 19/09/2008 à 02:00 | Mis à jour le 15/12/2018 à 14:56
BIFF12

Pour sa 6e édition, le Festival International du Film de Bangkok projettera du 23 au 30 septembre plus de 80 films du monde entier. Si les films du Sud-est asiatique seront d'avantage mis en valeur, les organisateurs ont également choisi de présenter d'avantage de documentaires et d'étoffer la programmation de films européens

Le directeur artistique du Festival, Yongyoot Thongkongtoon, annonçait en juillet que pour cette 6e édition la programmation avait été confiée aux professionnels du cinéma (Photo Aurélien BARBIN)

Un temps menacé de disparition, le Festival International du Film de Bangkok aura finalement bien lieu du 23 au 30 septembre au SF Cinema de Central World. Une bonne nouvelle pour les cinéphiles lassés des blockbusters américains qui monopolisent les écrans de la capitale.

Fragilité des hommes et de la planète
Cette année, les courts-métrages ont été remplacés par des documentaires dont beaucoup portent sur une thématique dans l'air du temps, celle de l'environnement : Ironeaters raconte par exemple le quotidien des désosseurs de navires-poubelles au Bengladesh, Up the Yangtze s'interroge sur l'aménagement hydraulique en Chine, tandis que Manufactured landscape évoque la restructuration industrielle en Chine. Trouble the water revient quant à lui sur le passage de l'ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans.
Autre thème des documentaires sélectionnés : la difficulté de la condition humaine. On retiendra notamment le film de Raymond Depardon La vie moderne : profil paysan et celui du réalisateur cambodgien Rithy Panh qui continue son travail sur le Cambodge contemporain avec un film sur la réalité de la vie quotidienne à Phnom Penh, Papers cannot wrap up embers.

Les films français et européens à ne pas manquer
Ceux qui préfèrent les films un peu moins originaux, plus divertissants ou qui souhaitent voir des films qui font l'actualité en France pourront trouver leur bonheur dans la sélection de films internationaux. A ne pas manquer, le dernier film d'Arnaud Desplechin Un conte de Noël avec Catherine Deneuve, Le Silence de Lorna, le dernier opus des frères Dardenne qui a obtenu le prix du Scénario au dernier festival de Cannes et pour les inconditionnels de Woody Allen, Vicky Cristina Barcelona avec son actrice désormais fétiche Scarlett Johanson donnant la réplique à Penelope Cruz. Les amateurs de films historiques iront sans doute voir le dernier film d'Andrzej Wajda, Katyn, qui évoque un moment tragique de l'histoire polonaise quand, en septembre 1939, des officiers polonais ont été fusillés par l'Armée Rouge. On notera aussi la projection Des citronniers d'Eran Riklis, de L'Heure d'été d'Olivier Assayas, d'Une vieille maîtresse de Catherine Breillat d'après le roman de Barbey d'Aurevilly et de Quiet Chaos avec Nanni Moretti.
Eléonore FOSSE (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) vendredi 19 septembre 2008

Pratique
Les places sont en vente à partir du 18 septembre au SF Cinema de CentralWorld. Tarif: 100 THB l'entrée et 900 THB le carnet de dix tickets. Le programme et les horaires sont disponibles sur le site du festival : www.bangkokfilm.org

Variété et originalité des films en compétition
Comme chaque année, le jury du festival récompensera deux films. L'un dans la sélection "internationale", l'autre dans la catégorie plus spécifique des films du Sud-est asiatique. On pourra voir notamment le très réaliste et controversé Troupe d'Elite (The Elite Squad), un film sur les unités spéciales de l'armée brésilienne qui interviennent dans les favelas. Rumba, un film comme seuls les belges savent faire, l'histoire déroutante d'un couple de danseurs de salon victimes d'un accident de la route. Those Tree qui raconte le périple de trois soldats iraniens qui ont déserté et qui errent en plein hiver. Ou encore Alice in the Land, un film chilien sur le voyage-épopée d'une jeune indienne quechua qui part travailler en ville. Pour les films asiatiques en compétition, on peut citer Day of Turquoise Sky du malais Woo Min-Jin, The photograph de l'indonésien Nan Trivenis Achnas ou Love of Siam du jeune thaïlandais Chukiat Sakveerakul. (E.F. LPJ ? 19/09/2008)

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale