Explosion dans une usine de pétrochimie à Rayong, dans l'est de la Thaïlande

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 09/06/2014 à 22:00 | Mis à jour le 05/07/2021 à 13:19

Une explosion a eu lieu dans une raffinerie du groupe IRCT lundi soir à Rayong, dans l'est de la Thaïlande, provocant une importante colonne de fumée et une fuite de gaz toxique.

L'explosion qui a secoué la raffinerie du groupe IRCT à Rayong lundi soir n'a pas fait de blessé, mais un incendie s'est déclenché, mobilisant pompiers et équipes d'analyse d'urgence.

Selon le directeur général du Département d'activité industrielle, Nuttaphon Nuttasomboon, l'origine de l'explosion proviendrait d'un réservoir de gaz.

"Maintenant, l'incendie est sous contrôle mais l'odeur nauséabonde émanant de la fumée, qui est très toxique, est toujours présente. C'est pourquoi les habitants qui vivent dans la zone ont été évacués pour leur sécurité", a-t-il confié au quotidien The Nation dans un article paru ce matin.

Le chef de l'équipe d'analyse d'urgence mobilisée, Sumetha Wichienpet, a conseillé à la population d'éviter autant que possible d'inhaler le dioxyde de soufre généré par l'explosion, précisant que ce gaz n'avait pas d'effet immédiat sur les humains.

L'usine pétrochimique IRPC appartenant à 38.5% au groupe PTT, la plus grande compagnie pétrolière publique du pays, a dû suspendre ses activités pour une période de 90 jours, sous décision du gouverneur de la province de Rayong, Thanee Samartkit, rapporte The Nation.

Le directeur général du Département de contrôle de la pollution, Wichien Jungrungruang, a indiqué mardi qu'une équipe avait vérifié le niveau de pollution de l'air, assurant qu'aucune substance organique dangereuse ne dépassait le niveau des normes de sécurité.

Cette explosion a eu lieu au lendemain de l'évacuation de milliers d'habitants, après qu'une fuite de gaz a répandu dans l'air une odeur insupportable aux alentours de cette même zone industrielle de Rayong.

A.S. mardi 10 juin 2014

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale