Le gouverneur veut remplacer la raffinerie incendiée à Bangkok par un parc public

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 05/07/2012 à 00:00 | Mis à jour le 05/07/2021 à 13:01

Le gouverneur de Bangkok Sukhumbhand Paribatra a déclaré hier qu'il souhaitait que la raffinerie de pétrole qui a pris feu le matin même et située au soï 64 de l'avenue Sukhumvit soit délocalisée en dehors de Bangkok.

"Mon rêve est de faire déménager la raffinerie avec la coopération de son propriétaire, la compagnie Bangchak Petroleum Plc, afin de transformer l'endroit en parc public, a indiqué Sukhumbhand, qui est membre du Parti Démocrate, principal parti d'opposition. Dans le passé, la raffinerie était située en dehors de la ville, mais aujourd'hui, il y a des millions de personnes ici." Au moment de la construction il y a 50 ans, le quartier de la raffinerie était alors à la périphérie de Bangkok.

Une station BTS et de nombreuses habitations entourent désormais l'usine. Celle-ci emploie environ 600 personnes et raffine des dizaines de milliers de barils de pétrole par jour. Le ministre de l'Industrie, Pongsawat Sawadiwat, a indiqué que la raffinerie, fermée pour 30 jours, sera difficile à délocaliser étant donné qu'elle avait été construite avant les quartiers résidentiels.

Une explosion a eu lieu hier matin dans cette raffinerie de pétrole située dans le district de Phra Khanong dans le sud-est de Bangkok, provoquant un incendie et une épaisse colonne de fumée noire. Les pompiers ont pu rapidement maitriser le feu et aucun blessé n'a été recensé. La qualité de l'air était satisfaisante hier après-midi, selon les autorités. Par précaution, des masques ont été tout de même distribués aux habitants du quartier et les écoles sont restées fermées. D'après les premiers éléments de l'enquête dévoilée par la société Bangchak, une fuite de gaz ou d'essence serait à l'origine de l'incendie de l'usine, où un incident similaire s'était déjà produit il y a dix-huit mois.

Y.F. avec AFP jeudi 5 juillet 2012

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale