Dimanche 31 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Enquête sur un général thaïlandais autour d’un foyer de contamination

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 30/03/2020 à 00:00 | Mis à jour le 30/03/2020 à 11:40
Photo : REUTERS/Chalinee Thirasupa (archives) - Le chef de l'armée thaïlandaise, Apirat Kongsompong, avait promis en février de résoudre le problème des conflits d’intérêts qui concerne de nombreux officiers
Apirat-Chef-Armee-Thailande-tuerie-magouille

Le chef du département des affaires sociales de l'armée thaïlandaise a été transféré de son poste alors qu'il fait l’objet d’une enquête sur l’organisation illicite d’un match de boxe le 6 mars au stade Lumpinee qui a entrainé des dizaines d’infection au coronavirus Covid-19, rapporte The Nation.

L'armée royale thaïlandaise a fait savoir vendredi que le général Rachit Arunrangsri, qui était en charge du stade, a été transféré au quartier général des armées le temps de l’enquête.

Jeudi, le chef de l'armée thaïlandaise, Apirat Kongsompong, a ordonné la formation d'un comité pour enquêter sur les conditions de la tenue très critiquée du match de boxe intitulé "Lumpinee Champion Kiatpetch" qui a contribué à aggraver l’épidémie de Covid-19 dans le pays.

La Thaïlande a signalé 143 nouveaux cas de coronavirus dimanche, atteignant 1.388 cas au total depuis janvier. Parmi eux, figurent une dizaine de Français, au moins trois Belges et trois Suisses. Le royaume a également déploré un nouveau décès du Covid-19, ce qui porte le total à sept morts.

A ce jour, plusieurs dizaines de cas déclarés ont été attribués à cet événement au stade Lumpinee, considéré par les autorites sanitaires comme l’une des principales sources d'infections du royaume.

Le général Rachit Arunrangsri fait lui-même partie des personnes ayant été infectées par le coronavirus.

Interrogée par le journal Khaosod English la semaine dernière, la direction du Lumpinee Boxing Stadium avait refusé d’expliquer pourquoi ce match a été organisé le 6 mars, trois jours après avoir reçu l’ordre de fermer les lieux.

Le 3 mars, le Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha avait demandé que les événements de grands rassemblements soient annulés ou reportés. Le ministère des Sports et du Tourisme avait également ordonné le report du match en question.

Le Lumpinee Boxing Stadium appartient à l’armée thaïlandaise. Environ 2.500 personnes ont assisté au match le 6 mars, selon Khaosod English jeudi, qui cite un communiqué officiel contredisant un premier chiffre de 5.000 évoqué dans un premier temps par la presse locale.

L’armée thaïlandaise, qui détient de très grandes quantités de terrains dans le royaume, tolère que ses officiers gèrent, en parallèle de leur activité militaire, diverses opérations commerciales, principalement la gestion immobilière.

Le mois dernier, au lendemain de la tuerie de Korat perpétrée par un militaire apparemment lésé par un supérieur sur une transaction immobilière, le chef de l’armée avait assuré que ce genre d'opérations commerciales feraient l’objet d’une révision afin qu’elles n’entrent pas en conflit avec les intérêts de la nation.

L'armée, dont les deux derniers coups d'État ont eu lieu en 2006 et 2014, exerce un pouvoir extraordinaire en Thaïlande, proclamant ses vertus de discipline et d’intégrité pour justifier les renversements répétés de gouvernements formés de politiciens élus qu'elle juge pervertis et corrompus. 

Le ministère de la Santé a publié une liste de ce qu'il considère comme les points chauds du coronavirus Covid-19 - lieux et événements où le risque de contagion était extrêmement élevé. Les personnes qui se sont trouvées à ces endroits aux dates spécifiées sont invitées à se mettre en auto-confinement pendant 14 jours au moins et à consulter un médecin si elles se sentent malades ou présentent des symptômes. La liste concerne pour l'heure 25 provinces, selon le journal The Thaiger.

Lire aussi les communiqués quotidiens du Département thaïlandais de Contrôle des Maladies sur le COVID-19 

Et aussi sur le site de l'ambassade de France:

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Lima Appercu

Pourquoi le confinement ne fonctionne pas au Pérou ?

Le Pérou est le premier pays en Amérique latine à avoir décrété l’état d’urgence (16 mars), mais il est malgré tout devenu le deuxième pays le plus touché par l’épidémie du Covid-19, après le Brésil.