TEST: 2238

En Thaïlande, un festival musical en ligne se joue en direct sur Zoom

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 08/06/2020 à 00:00 | Mis à jour le 08/06/2020 à 04:43
Photo : REUTERS / Athit Perawongmetha - Un artiste en Thaïlande se produit tandis que les écrans montrent le public via l'application Zoom lors du premier festival de musique en ligne, le 7 juin 2020.
Concert-Thailande-Covid-Zoom

3.000 fans de rock en Thaïlande ont pu voir leurs groupes préférés jouer via la plateforme de vidéoconférence Zoom, dimanche, lors d'un festival de musique virtuel en direct.

Les rassemblements publics sont interdits dans le royaume depuis la mi-mars pour empêcher la propagation du coronavirus, mais le spectacle de six heures dimanche a permis aux gens de voir et d'interagir à distance avec des artistes.

"Mon groupe préféré n'a pas donné de concert live pendant le confinement, c’est pourquoi je suis heureuse de pouvoir les voir aujourd'hui", a déclaré Siriyagorn Aimchomchid, 21 ans, en attendant le début de son passage.

Certains fans de musique se sont réunis en petits groupes – dans la limite autorisée en vertu des restrictions sur les coronavirus - pour assister à l'événement, pour lequel environ 3.000 billets ont été vendus à 499 bahts (14 €) chacun.

"Un festival de musique virtuel permet au public et aux artistes d'interagir, et ils peuvent chanter ensemble et se parler", explique Samkwan Tonsompong, directeur général de What The Duck Music, organisateur du festival. "Je pense que c'est plus proche encore que lors d’un vrai concert."

Concert virtuel Thailande
Certains fans ont eu la chance de pouvoir interagir avec les musiciens (Photo REUTERS/Athit Perawongmetha)

Mais Sirinapa Darathum, une étudiante de 15 ans qui a participé avec trois amis, estime que le format en ligne n’est pas comparable à ce que peut procurer un concert en direct.

"Bien que je puisse voir les artistes de près sur l'écran, je suis quand même loin d'eux car nous sommes dans des endroits différents", a-t-elle déclaré.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale