TEST: 2238

CULTURE – L’expo Frankenstein-ocracy, du cartooniste Stephff annulée

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 29/09/2014 à 22:00 | Mis à jour le 17/03/2020 à 05:00
Frankenstein-ocratie-745

L'exposition du cartooniste Stephff intitulée "Frankenstein-ocracy" prévue à l'Alliance française de Bangkok du 2 au 18 octobre, a été annulée. L'Alliance française a annoncé dans un communiqué ce week-end le report de l'exposition pour raisons techniques, mais l'artiste préfère l'annoncer comme annulée.

Cette exposition devait présenter les cartoons du dessinateur français qui se sont faits l'écho ces dernières années des boires et déboires du modèle démocratique à l'occidentale en Thaïlande, "conclus" en mai dernier par un énième coup d'Etat.

Relayée lundi par The Nation et Bangkok Post, l'annonce de l'annulation de cette expo au contenu pour le moins politique a bien entendu suscité des craintes d'une possible censure de la part de la junte au pouvoir - début septembre, un débat prévu au Club des Correspondants étrangers de Thaïlande (FCCT) sur la situation des droits de l'homme après le coup d'Etat avait été annulé suite à des pressions du pouvoir, et les débats politiques ne sont généralement plus autorisés même dans les universités.

Mais l'Alliance française nous a confirmé hier par téléphone qu'aucune pression extérieure n'était intervenue dans la décision, et a maintenu qu'il s'agissait d'un simple report pour raison technique.

L'artiste a pour sa part préféré annuler purement et simplement l'exposition (voir affiche ci-contre), citant l'aspect temporel du projet qui ne permettrait pas selon lui un report à plusieurs mois, comme cela lui aurait été proposé. "Compte tenu du caractère post-coup de mon expo et n'ayant pas de nouvelle date précise garantie, je préfère considérer qu'elle est annulée", nous a-t-il confié.
Stephff cherche de fait un nouvel endroit pour exposer ses quelque 60 dessins éditoriaux sur la crise politique thaïlandaise - il tient à préciser que tous ont été publiés dans le journal en langue anglaise The Nation.

mardi 30 septembre 2014

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale