TEST: 2238

CRISE POLITIQUE - Les Rouges approuvent le plan d'Abhisit, mais posent des conditions

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 05/05/2010 à 00:00 | Mis à jour le 15/12/2018 à 12:26

Les manifestants antigouvernementaux ont accepté mardi le plan de sortie de crise du Premier ministre qui prévoit des élections en novembre. Mais ils maintiennent la pression en poursuivant leur mouvement jusqu'à ce que ce dernier précise le calendrier électoral

"Les dirigeants des Chemises rouges ont accepté à l'unanimité de se joindre, et de saluer, le plan de réconciliation proposé par le Premier ministre pour empêcher de nouvelles pertes de vie", a tout d'abord déclaré l'un des dirigeants du mouvement des Chemises rouges, Veera Musikapong, hier soir. Mais un peu plus tard, un autre chef de file, Jatuporn Prompan a précisé que les manifestants resteraient en place tant que certaines conditions ne seraient pas remplies. "Nous continuerons notre rassemblement jusqu'à ce qu'Abhisit dise clairement quand il dissoudra le Parlement. Nous verrons alors ce que nous déciderons de faire". "La réconciliation doit être achevée, non sous l'intimidation et l'usage de la force, mais à travers une véritable liberté".

Les leaders veulent des garanties

De nombreux leaders des Chemises rouges sont sous le coup d'un mandat d'arrêt et, bien qu'ils aient estimé hier n'avoir pas besoin d'une amnistie, les spéculations vont bon train sur d'éventuelles tractations sous la table dans ce sens.
Les manifestants antigouvernementaux et le pouvoir thaïlandais discuteront d'une possible amnistie des responsables des Chemises rouges en cas d'accord sur une sortie de crise pacifique, a indiqué mardi à l'AFP une source proche du gouvernement. La question d'une amnistie sera discutée pour permettre aux manifestants de rentrer chez eux sans être inquiétés, malgré la violation de l'état d'urgence décrété depuis un mois, a indiqué cette source sous couvert de l'anonymat. "Le gouvernement veut créer les conditions d'un climat positif et mettre un terme aux manifestations", a-t-elle expliqué. "Les détails seront discutés plus tard mais l'un des sujets sera lié à l'amnistie". Interrogé sur cette question, le leader "Rouge" Nattawut Saikua a refusé de confirmer formellement.
Le quotidien anglophone Bangkok Post a pour sa part affirmé mardi que les Chemises rouges faisaient pression pour obtenir une amnistie, mais que le pouvoir n'en acceptait le principe que pour les manifestants, et non pour les personnes recherchées par la police pour violations graves de la loi. Dans l'après-midi, le Premier ministre semblait confirmer cette position, en annonçant qu'il mènerait avec ou sans le Front uni pour la démocratie contre la dictature (UDD) son plan en cinq étapes, et qu'aucune amnistie ne serait accordée aux personnes devant faire face à des accusations criminelles.

Le pari d'Abhisit plait à Thaksin, mais pas à Chuan

Le mouvement a par ailleurs annoncé qu'il souhaitait être sûr que les membres de la coalition et du Parti Démocrate étaient d'accord avec la proposition du Premier ministre. Abhisit aurait réagi en déclarant qu'il n'était pas nécessaire pour les membres de la coalition de confirmer leur soutien, le Premier ministre étant le seul à avoir le pouvoir de dissoudre le Parlement. Il a néanmoins précisé qu'aucune résolution du Parti Démocrate n'avait encore apporté un soutien officiel à sa feuille de route, tout en prévenant que son offre n'était pas discutable.
Conseiller du parti et ancien premier-ministre, Chuan Leekpai, a quant à lui réaffirmé son opposition à une dissolution du Parlement amenée par des tentatives d'intimidation et s'est dit surpris par l'initiative d'Abhisit.
Quelques heures avant la réponse des leaders Rouges au plan d'Abhisit, l'Ex-premier ministre Thaksin Shinawatra, dont se réclament de nombreux manifestants, avait invité ses partisans à la "réconciliation". "La réconciliation est une bonne chose pour tout le monde. Aujourd'hui, ne pensons pas au passé mais regardons vers le futur. C'est comme cela que la réconciliation nationale va arriver", a-t-il déclaré. "Demain est un jour de bon augure, le jour du couronnement. Je crois que nous devrions commencer à faire de bonnes choses", a-t-il ajouté en référence à l'anniversaire aujourd'hui du couronnement du roi Bhumibol Adulyadej.
Ce matin, Veera Musikapong a lui aussi fait part de son optimiste quant à une sortie de crise. "J'ai le sentiment que nous allons bientôt rentrer chez nous et que notre objectif de se battre pour une vraie démocratie et pour ramener le pouvoir au peuple va bientôt être atteint", a-t-il déclaré, en parrallèle d'une cérémonie bouddhiste pour la célébration du jour du couronnement. "Nous sommes resté ensemble pendant près de 50 jours, j'ai vraiment le sentiment que nous allons bientôt retourner chez nous".
Certains observateurs estiment que, lorsqu'Abhisit doit faire face au peuple, ses difficultés à se connecter avec les masses rurales signifient qu'il doit s'engager dans une bataille féroce contre les forces pro-thaksin, qui ont gagné toutes les élections depuis une décennie. Le parti d'Abhisit est arrivé au pouvoir en 2008 via un vote parlementaire. "Il sera très difficile pour lui de gagner des élections", observe Pavin Chachavalpongpun, analyste à l'institut des études sur l'Asie du sud-est à Singapour. "Car il représente l'élite de Bangkok, il lui est difficile de gagner les cœurs et l'esprit des gens dans le nord et le nord-est, ajoute-t-il, alors que Thaksin reste très populaire dans ces régions".
Abhisit avait refusé le mois dernier un compromis proposé par les Chemises rouges pour la tenue d'élection sous trois mois. En mars, il avait offert de tenir des élections d'ici la fin de l'année, mais les dirigeants du mouvement anti-gouvernemental avaient alors refusé sa proposition.

Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP mercredi 5 mai 2010

Voir les Conseils aux voyageurs de l'Ambassade France à Bangkok (04/05/2010)
Voir aussi nos documents vidéo des manifestations dans la rubrique Actu en images
Voir aussi le rapport (en anglais) de International Crisis Group
Lire aussi notre rappel des faits de la crise politique thaïlandaise

Lire aussi notre article du 4 mai 2010 Le gouvernement propose des élections le 14 novembre, mais prépare les blindés
Lire aussi notre article du 3 mai 2010, "L'épreuve de force s'aggrave et pourrait tourner à la guerre civile latente"
Lire aussi notre article du 30 avril 2010, 47 ambassades appellent à la prudence, les Chemises rouges demandent l'aide de l'UE
Lire aussi notre article du 29 avril 2010, Les manifestants défilent à nouveau et testent les nerfs du gouvernement 
Lire aussi notre article du 28 avril 2010, Nouveaux affrontements : 1 mort et 18 blessés
Lire aussi notre article du 28 avril 2010, Conseils de sécurité et numéros utiles pour touristes et résidents
Lire aussi notre article du 28 avril 2010, Les rouges sabotent temporairement le BTS alors que la situation reste bloquée
Lire aussi notre article du 27 avril 2010, Les Rouges en action dans plusieurs provinces
Lire aussi notre article du 26 avril 2010, Abhisit promet de reprendre Rachaprasong, devenu la forteresse des Rouges 
Lire aussi notre article du 23 avril 2010, Au moins 3 morts et 75 blessés dans des attaques à la grenade sur Silom
Lire aussi notre article du 22 avril 2010, Trois grenades explosent à Silom, les militaires bloquent le quartier
Lire aussi notre article du 22 avril 2010, Quelques affrontements en soirée ponctuent une journée relativement calme
Lire aussi notre article du 21 avril 2010, Les Rouges se retranchent en attendant une intervention
Lire aussi notre article du 20 avril 2010, Autour de Ratchaprasong, les entreprises changent peu leurs habitudes
Lire aussi notre article du 19 avril 2010, Les divisions se propagent au plus haut niveau, semaine chaude en perspective
Lire aussi notre article du 16 avril 2010, Nouvelle demande de dialogue refusée, les rouges se préparent à la bataille finale
Lire aussi notre article du 15 avril 2010, Les Chemises rouges se concentrent sur le centre-ville
Lire aussi notre article du 14 avril 2010, "La Thaïlande n'obtient absolument pas de coopération internationale"
Lire aussi notre article du 13 avril 2010, Le Parti démocrate risque désormais la dissolution
Lire aussi notre article du 12 avril 2010, La Thaïlande encore plus divisée, le gouvernement dans l'impasse
Lire aussi notre article du 11 avril 2010, Dix-neuf morts, 800 blessés dans des violences à Bangkok (vidéo)
Voir aussi les reportages vidéo de Kinocell sur manifestations
Voir aussi le reportage vidéo de France 24 sur les affrontementsLire aussi notre article du 10 avril 2010, PTV de nouveau coupée, les autorités prêtes à repousser les Rouges
Lire aussi notre article du 9 avril 2010, Les Rouges obtiennent la réouverture de People TV au prix de quelques heurts
Lire aussi notre article du 8 avril 2010, Les Chemises rouges défient l'Etat d'urgence
Lire aussi notre article du 7 avril 2010, Etat d'urgence décrété sur Bangkok et les provinces périphériques 
Lire aussi notre article du 7 avril 2010, Quelques frictions entre les autorités et des manifestants toujours plus provocants
Lire aussi notre article du 6 avril 2010, Les rouges bloquent Lumpini et se dirigent sur Silom 
Lire aussi notre article du 6 avril 2010, Les rouges restent au moins jusqu'au 20 avril 
Lire aussi notre article du 5 avril 2010, Les manifestants jouent avec le feu
Lire aussi notre article du 4 avril 2010, Les rouges bloquent le centre de Bangkok, la police prête à intervenir
Lire aussi notre article du 31 mars 2010, Les Rouges abandonnent les négociations, nouvelles actions prévues ce week-end
Lire aussi notre article du 30 mars 2010, Les Rouges rejettent l'offre d'Abhisit, possible poursuite des discussions jeudi
Lire aussi notre article du 29 mars 2010, Echec du premier round de négociations entre Abhisit et les Rouges 
Lire aussi notre article du 28 mars 2010, Après avoir fait bouger les soldats, les Rouges sous les fenêtres d'Abhisit
Lire aussi notre article du 21 mars 2010 (article et vidéos), Les Rouges satisfaits de leur tour de ville, la situation toujours bloquée
Lire aussi notre article du 20 mars 2010, Plusieurs milliers de Rouges attendus sur les artères de Bangkok aujourd'hui
Lire aussi notre article du 18 mars 2010, Les autorités tendent la main aux rouges pour isoler Thaksin 
Lire aussi notre article du 17 mars 2010 (article et vidéos), Le peuple déverse son sang pour dénoncer l'injustice des élites
Lire aussi notre article du 16 mars 2010, Les Rouges remerciés jouent un va-tout morbide
Lire aussi notre article du 14 mars 2010, Près de 100.000 chemises rouges prêts à se déployer dans Bangkok
Lire aussi notre article du 12 mars 2010 (17h20), Les rouges se dispersent après une journée relativement calme
Lire aussi notre article du 12 mars 2010 (14h30), Défilés sporadiques des chemises rouges de Bangkok
Lire aussi notre article du 12 mars 2010, Bangkok privé de carburant jusqu'à nouvel ordre, 50.000 hommes déployés
Lire aussi notre article du 11 mars 2010, Thaksin appelle au rassemblement, les principaux axes routiers protégés

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale