TEST: 2238

CRISE DU RIZ – Résidus chimiques et course contre la montre

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 20/07/2013 à 22:00 | Mis à jour le 28/11/2019 à 04:29

Alors que les Nations unies se disent prêtent à aider la Thaïlande pour lever les doutes quant à la qualité du riz, le gouvernement veut vendre au plus vite ses stocks.

La présence de résidus chimiques dans 34 des 46 échantillons de riz analysés par la Fédération des consommateurs, jette le doute depuis le 16 juillet, jour où cette nouvelle a été annoncée, sur la qualité du riz consommé dans le pays. Depuis, le gouvernement tente de rassurer ses concitoyens. La substance trouvée, le bromure de méthyle, est un gaz qui, introduit en petite quantité dans les sacs de riz permet d'éliminer les pesticides. Ce procédé dit de fumigation chimique est couramment utilisé en Thaïlande et en Inde, a indiqué au Bangkok Post (21 juillet), le directeur général de l'agence onusienne Food and Agriculture (FAO) en Asie-Pacifique. La FAO explique que les problèmes seront évités si le processus de fumigation est bien suivi et les doses respectées. Dans les échantillons prélevés par la Fédération des consommateurs, quelques-uns, appartenant tous à la même société, présentaient des taux de bromure de méthyle dangereux pour la santé humaine. L'administration a demandé à ce que les paquets de la marque Coco soient retirés rapidement des étals.

La Première ministre, Yingluck Shinawatra, a ordonné aux ministères de la Santé, et de l'Agriculture de procéder à la vérification de la qualité des stocks de riz dans le royaume. L'enjeu est d'importance car le gouvernement entend déstocker massivement, quitte à vendre à perte, ses tonnes de riz. Et ce, avant la fin de prochaine récolte prévue en octobre. Vendant son riz à l'export à un prix beaucoup plus élevé que ses concurrents vietnamiens et indiens, la Thaïlande voit ses stocks d'invendus grossir de manière inquiétante. 17 ou 18 millions de tonnes sont actuellement entreposés dans les silos gouvernementaux. Une quantité record qui pourrait conduire à un manque de place pour les prochaines tonnes à stocker, si les exportations n'augmentent pas.

LB (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) lundi 22 juillet 2013

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale