Légitime défense invoquée dans la fusillade impliquant deux Français à Bangkok

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 05/05/2022 à 17:40 | Mis à jour le 09/05/2022 à 03:55
Vue-Bangkok-Thailande_0

De nouveaux éléments sont apparus dans le déroulement du drame meurtrier qui a impliqué deux Français et une Thaïlandaise mercredi dans les locaux d’une entreprise de boucherie-charcuterie

 

De nouveaux éléments sont apparus pour éclairer les circonstances de la mort par balle d’un Français et d’une Thaïlandaise mercredi dans les locaux d’une entreprise de charcuterie à Bangkok, aux côtés d’un autre Français retrouvé blessé.

Selon des témoignages recueillis par lepetitjournal.com et des informations reçues de la société Flying Board Bangkok Co, qui fournit de nombreux hôtels et restaurants à Bangkok sous la marque Copa Deli, il semblerait que les deux personnes retrouvées mortes mercredi dans les locaux de l’entreprise étaient venues pour un règlement de compte autour d’une vieille dispute d’affaires. Et ce serait l’une d’entre elles qui aurait emmené l’arme qui les a tuées toutes les deux. Un pistolet 9mm, selon la police.

David Bouton, le chef boucher-charcutier et gérant de Copa Deli qui a été retrouvé blessé d’une balle dans la hanche, est toujours à l’hôpital Samitivej Sukhumvit en soins intensifs.

Dans un communiqué envoyé à la presse jeudi, la société Flying Board Bangkok Co s’étonne que certains médias aient affirmé que David Bouton détenait une arme dans les locaux de l’entreprise.

"M. David Bouton, chef et partenaire de Flying Board Bangkok Co, n'a jamais possédé ni détenu d'arme à feu et il n'y avait pas d'arme dans les bureaux de l'entreprise", assure le communiqué, précisant que ce qui est apparemment la seule arme impliquée dans cette affaire a été apporté sur les lieux du drame par l’autre Français, Marc L., venu régler des comptes avec celui qui était son ancien partenaire.

Possible opération suicide

Ce serait d'ailleurs Marc L. qui aurait tiré sur la femme qui l’accompagnait, Wiranya M., dans des circonstances qui restent encore floues. Selon des témoignages recueillis pas lepetitjournal.com, Marc L. et Wiranya M. auraient également eu un important différend par le passé.

Flying Board Bangkok Co affirme que "l'agresseur a été abattu dans un acte de légitime défense" avec "l'aide héroïque d'un employé de Flying Board Bangkok Co".

Certaines sources évoquent toutefois la possibilité d'une opération suicide avec un double règlement de compte à la clé, suggérant que Marc L., 66 ans, qui se battait contre une maladie depuis plusieurs mois, se serait arrangé pour faire venir Wiranya M. dans les locaux de David Bouton afin de se venger de celle qui était son ancienne compagne et de son ancien partenaire en vue de se donner la mort.

L’enquête de police se poursuit pour déterminer les circonstances exactes du drame.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale