Un projet de loi visant à gommer la mainmise de l'armée thaïlandaise rejeté

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 18/11/2021 à 02:11 | Mis à jour le 18/11/2021 à 02:35
Photo : REUTERS/Jorge Silva/File Photo
Manif-Democratie-Thailande

Un projet de loi visant à gommer l’intervention de la junte militaire dans les mécanismes de la démocratie thaïlandaise a été rejetée par les sénateurs et députés mercredi 

Une séance conjointe du Sénat et de la chambre basse du parlement a rejeté mercredi un projet de loi visant à renforcer la démocratie, dans lequel ses partisans cherchaient à supprimer ou à réformer des institutions clés qui, selon eux, ont été détournées par l'élite militaire.

Les sénateurs et députés ont été 473 à voter contre et 206 pour, tandis que six se sont abstenus.

Le projet de loi appelait à une modification de la Constitution adoptée sous une junte militaire en 2017 afin de garantir une séparation claire des pouvoirs.

Le gouvernement thaïlandais est toujours dirigé par les architectes du coup d'État de 2014, qui sont restés au pouvoir après les élections de 2019 -élections que l’opposition a dénoncées comme biaisées.

Le projet de loi, qui avait reçu le soutien de 130.000 signatures, visait à mettre fin au Sénat de 250 sièges nommé par la junte et à restructurer la Cour constitutionnelle et les principaux organes de l'État.

Les détracteurs du gouvernement affirment que la démocratie a été renversée par l'armée et ses alliés royalistes, qui exercent une influence sur les institutions indépendantes.

"La Constitution de 2017 protège et permet au général Prayuth d'étendre son pouvoir en lui apportant des mécanismes de contrôle par l'intermédiaire du Sénat et d'organes indépendants", a déclaré aux législateurs l'un des partisans du projet de loi, Parit Wacharasindhu.

Depuis 2019, pas moins de 21 projets de loi ont été proposés au parlement pour demander des amendements constitutionnels. Un seul a été adopté, qui visait à modifier le système de vote.

Les parlementaires pro-gouvernementaux ont défendu la Constitution, réitérant qu'elle avait été approuvée lors d'un référendum et que le coup d'État était nécessaire pour faire face à une crise politique.

"Résoudre uniquement le problème du coup d'État et ses conséquences sans aborder les problèmes politiques qui l'ont précédé, cela peut-il conduire à une démocratie parfaite ?" a déclaré le sénateur Wanchai Sornsiri au cours du débat.

La Thaïlande a connu 20 constitutions et 13 coups d'État depuis la fin de la monarchie absolue en 1932.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale