PORTRAIT - David, un as de la débrouille à Bangkok

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 29/08/2007 à 02:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 11:09

Comptable, fournisseur en papeterie, porte-clefs ou encore loueur de DVD, David Leriche est un "homme à tout faire". Sa boutique, Davidéo, lui ressemble et, comme son nom ne l'indique pas, on y trouve bien plus que des films. Le chef d'entreprise et son magasin sont ainsi devenus au fil des années des incontournables de la communauté francophone de Bangkok

Avec son magasin pluriactif à deux pas de l'Alliance française, David Leriche est devenu au fil des années un incontournable de la communauté francophone de Bangkok (Photo Caroline Tronche)

David Leriche est un homme pressé, il parle vite et fourmille d'idées. Et sa petite boutique, Davidéo, est toute à son image. A la fois librairie, vidéothèque, papeterie ou encore point de ravitaillement en pin's et gadgets d'entreprise, on y trouve de tout très vite. Situé à deux pas de l'Alliance française, au rez-de-chausée de la tour Thai Wah, l'endroit exigu donne l'impression d'être toujours en mouvement. Entre les nouveaux arrivages de livres d'occasion ou encore les piles de cahiers pour la rentrée, les clients ont du mal à se croiser devant le bureau du propriétaire. La circulation devient d'ailleurs si difficile que David Leriche a décidé de prendre un local plus grand en fin d'année. C'est que l'affaire, démarrée il y a sept ans, marche plutôt bien.
La rencontre entre l'enfant d'Oyonnax (Ain) et la Thaïlande ne laissait pourtant pas présager un tel parcours. David a découvert le Pays du sourire avec des vacances, en 1994. "Comme beaucoup de gens ici, j'ai commencé par les claquettes et la plage", se souvient-il. Venu pour découvrir le pays, le jeune diplômé en comptabilité d'origine indienne en profite pour suivre des cours d'anglais à Bangkok. "Les Indiens n'étaient pas les bienvenus en Angleterre à ce moment-là et je n'avais pas les moyens d'aller aux Etats-Unis", explique David Leriche. Une fois l'anglais adopté, il devient comptable à la Chambre de Commerce Franco-Thaïe puis au lycée français, alors installé près de l'Alliance française.

De la compta au commercial
De retour en France entre 1998 et 2000, le Rhodanien quitte la comptabilité pour suivre une formation de commercial. Il décide d'ouvrir un magasin de location de films, initiative qui remet la Thaïlande sur son chemin. "C'est compliqué de créer son entreprise en France, estime David. Je savais que c'était plus simple en Thaïlande et j'y avais déjà des contacts. Je suis donc revenu à Bangkok en 2000."L'expatrié installe sa boutique de location à côté du lycée français. De fait, professeurs et élèves constituent l'essentiel de sa clientèle. Mais en 2003, l'établissement scolaire déménage. Face au départ d'une grande partie de ses clients, David Leriche s'essaie alors immédiatement à l'évènementiel : la diversification de Davidéo est lancée.
En 2004, le commercial se donne un mois pour fournir le lycée français alors en pénurie de cahiers. Fort de son succès, il en profite pour créer Chapter One, sa propre marque de papeterie scolaire et administrative. En plus du lycée, le fournisseur comptera la chaîne TV5 parmi ses clients. Plus récemment, David Leriche a équipé la délégation française des Universiades 2007 en baskets, tee-shirts, téléphones portables, et autres accessoires divers. Quant au peu de temps libre qui lui reste, "Khun 100 mille volts" l'occupe partiellement avec la section thaïlandaise de l'Union Nationale des Parachutistes dont il est le trésorier. "Je n'ai pas encore eu le temps de sauter en parachute mais c'est pour bientôt !", conclue David. Sans aucun doute son prochain défi.
Caroline TRONCHE. (
/> - Bangkokwww.lepetitjournal.com) mercredi 29 août 2007

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale