Perpétuité pour «Joe Ferrari» et cinq autres policiers thaïlandais

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 09/06/2022 à 02:00 | Mis à jour le 09/06/2022 à 11:58
Photo : REUTERS/Chalinee Thirasupa/File Photo - Thitisan "Joe" Uttanapol, 41 ans, a été condamné avec cinq autres policiers à la prison à perpétuité
Un tribunal thaïlandais a condamné mercredi à la prison à perpétuité six policiers

Un tribunal thaïlandais a condamné mercredi à la prison à perpétuité six policiers, dont un colonel influent surnommé "Joe Ferrari", pour avoir torturé et tué un suspect lors d'un interrogatoire.

 

La Cour pénale de Bangkok avait initialement condamné les six officiers à mort pour coercition, malversation, abus d'autorité et meurtre par torture, mais leur peine a été commuée en réclusion à perpétuité pour leur coopération et leurs tentatives de réanimer le suspect, selon des documents judiciaires.

Le commissaire Thitisan "Joe" Uttanapol, 41 ans, chef de la police de la province de Nakhon Sawan, avait été arrêté avec six autres officiers en août, après la publication virale sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant un interrogatoire au cours duquel les policiers enveloppaient la tête du suspect de sacs en plastique, le laissant suffoquer, les mains attachées, pour lui extorquer de l’argent.

Un septième policier a été condamné mercredi à huit ans de prison pour malversations, une peine réduite ensuite à un peu plus de cinq ans.

 

Débat sur les abus et la corruption de la police en Thaïlande

Les images de ces officiers torturant un suspect de trafic de drogue pour lui extorquer de l’argent avait suscité l’émoi en Thaïlande, déclenchant un débat sur les abus et la corruption de la police mais aussi sur les limites de l’impunité pour les figures influentes des représentants de l’ordre.

Tous les prévenus prévoient de faire appel de leur condamnation, a déclaré à Reuters Chokchai Angkaew, l'avocat de Thitisan Uttanapol.

Officier de carrière, Thitisan Uttanapol fait également l'objet d'une enquête sur l'étendue de sa fortune et son origine.  

Le jeune colonel a en effet été surnommé "Joe Ferrari" après la découverte lors d'une descente dans son manoir d’une collection d'une douzaine de véhicules de luxe, dont une Lamborghini et une Ferrari.

 

Défendre les droits de l'homme

Pornpen Khongkachonkiet, un militant thaïlandais défenseur des droits de l'homme qui surveille et documente les cas de torture, estime que le verdict est un précédent important pour les affaires judiciaires concernant les abus commis par des agents de l'État.

"Ce n'est pas le premier cas où des agents de l'État torturent des suspects de cette manière. Mais c'est la première fois que le système judiciaire réussit à traduire en justice des malfaiteurs qui sont des fonctionnaires", a déclaré Pornpen Khongkachonkiet, directeur de la Cross Cultural Foundation.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale