Des parents endeuillés lancent à Bangkok une campagne de prévention routière

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 05/09/2022 à 03:09 | Mis à jour le 05/09/2022 à 05:57
Photo : LPJ Bangkok.com (archives)
Famille-Moto-Thailande

Une campagne de prévention routière a été lancée le 1er septembre par des parents endeuillés, avec le soutien d’une agence de communication de Bangkok spécialisée dans l’affichage urbain.

 

Une campagne de sensibilisation aux règles de bonne conduite et aux risques d’accidents autour des passages pour piétons de de sécurité routière a été lancée jeudi en hommage à une ophtalmologiste renversée au début de l’année par un policier à moto sur un passage clouté à Bangkok.

La campagne a été inaugurée en présence des parents du Dr Waraluck Supawatjariyakul, rapporte le bangkok Post. Ces derniers ont dévoilé l’un des panneaux d'affichage qui vont véhiculer à travers la capitale thaïlandaise les messages du projet "Rabbit Crossing", une initiative privée.

Le projet a reçu le soutien gracieux de l’agence de communication Plan B, spécialisée dans l’affichage urbain, qui va marteler des messages appelant les motocyclistes et automobilistes à faire attention à l’approche des passages pour piéton et à conduire avec prudence, tout en rappelant les règles de base du code de la route.

Des règles malheureusement trop peu connues ou en tout cas peu appliquées dans un pays où le permis s’obtient sans nécessité de suivre des cours de conduite, et où la police intervient très rarement sur les entorses au code de la route autres que l’abus d’alcool au volant, l’excès de vitesse et le dépassement de vignette.

Le Dr Waraluck Supawatjariyakul, ophtalmologiste de 33 ans, est décédée le 21 janvier après avoir été violemment percutée par un policier conduisant une moto Ducati à vive allure alors qu’elle traversait à un passage pour piéton.

 

L’accident a suscité l’émoi au sein de la société thaïlandaise.

La Thaïlande fait partie des pays dont les accidents de la route font le plus de morts chaque année, avec plus de 22.000 décès répertoriés par l’OMS sur l’année 2018, soit près de 2.000 par mois en moyenne dont environ 85% concernent des deux roues.

Dans leurs efforts pour faire baisser la mortalité sur les routes, les autorités thaïlandaises sont souvent critiquées pour s’appuyer sur la répression et négliger la pédagogie. Cela d’autant que la corruption endémique dans la police retient trop souvent le bras de la répression.

Les autorités rechignent à imposer l’apprentissage de la conduite en auto-école comme prérequis pour obtenir le permis. Et l’examen lui-même reste relativement sommaire, même si des changements sont intervenus ces dernières années.

La police thaïlandaise a annoncé en juillet qu’elle prévoyait d’instaurer début 2023 le système du permis à points.
 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale